Larrivé, V. : Se représenter le déluge, entre texte biblique et tableaux de maîtres, avec des écrits en première personne

Véronique LARRIVÉ

Université de Toulouse, ESPE Toulouse Midi-Pyrénées, laboratoire LLA-Créatis UT2J

RésuméAbstractTexte intégralTable des matières

Pour citer cet article : Larrivé, V. : Se représenter le déluge, entre texte biblique et tableaux de maîtres, avec des écrits en première personne (2017). In Chabanne, J.-C. (éd.), Actes des XVIIes Rencontres de didactique de la littérature, juin 2016, Institut français de l'éducation-ENS de Lyon. [En ligne : https://rdidlit17.hypotheses.org/larrive]

Introduction

  1. Le présent article rend compte d’une expérimentation menée, dans le cadre d’un groupe de recherche-formation, par des enseignants de trois classes de CM1, CM2 (4e et 5e primaire) et 6e (Secondaire 1), soit l’actuel cycle 3, pour faire lire le récit biblique de l’arche de Noé à leurs élèves[1]. La lecture est accompagnée par le dispositif du journal de personnage et la découverte d’œuvres picturales de la peinture figurative mettant en scène le déluge. Notre propos est de montrer comment les deux dispositifs didactiques se conjuguent pour susciter une lecture impliquée du récit et questionner les représentations stéréotypées du mythe afin d’enrichir la réception du texte par les élèves.
  2. Notre première partie sera consacrée à l’exposition des enjeux de la lecture du mythe biblique et nous amènera, dans un second temps, à mentionner des phénomènes liés à l’activité lectorale – empathie fictionnelle, activité fictionnalisante et résistance imaginative – pour justifier les principes ayant gouverné l’élaboration de la séquence didactique expérimentée et l’analyse des données. Dans la troisième partie, nous exposerons les résultats obtenus en observant et confrontant les différentes productions écrites des élèves.

1. Enjeux de la lecture du récit biblique du déluge

  1. Dans les Instructions officielles en cours à l’école élémentaire et au collège lorsque l’expérimentation est menée[2], le texte biblique du déluge peut être abordé en tant que texte fondateur dans le cadre des enseignements relatifs à la Culture humaniste, que ce soit en cours moyen ou en 6e. Comme l’explique Raymonde de Beaudrap, la lecture du récit biblique est alors

    proposée non seulement comme une lecture culturelle, mais également comme une lecture où une réflexion peut être engagée, avec les élèves, sur un système de valeurs qui doit être compris pour être ensuite accepté ou rejeté (2007 : 361).

1.1. Un hypertexte fructueux

  1. Le déluge est un motif culturel que les élèves doivent s’approprier parce qu’il relève de l’inter-culturalité, voire d’une forme d’universalité culturelle. Au-delà de la Bible, il apparaît dans d’autres grands récits de notre civilisation, de l’épopée de Gilgamesh aux Métamorphoses d’Ovide, mais aussi dans ceux d’autres civilisations que la nôtre[3].
  2. Le récit biblique est par ailleurs un hypotexte particulièrement proliférant, donnant lieu à un grand nombre d’« objets sémiotiques secondaires » ou OSS, comme définis par Brigitte Louichon (2015). Le déluge et l’arche de Noé sont ainsi des motifs repris et déclinés à l’envi dans des productions fictionnelles très diverses, de Noé, le film de Darren Aronofsky sorti en 2014, à la déclinaison de l’arche avec figurines humaines et animales par une célèbre marque de jouets.
  3. Force est de constater cependant que, concernant ce mythe, l’iconographie la plus répandue concerne les représentations de l’arche, beaucoup plus que celles du déluge lui-même. Ceci est particulièrement frappant concernant les images à destination des enfants et notamment celles que l’on trouve dans les manuels scolaires.

1.2. L’iconographie dans les manuels

  1. Une brève enquête menée par nos soins dans seize manuels de 6e, édités entre 2005 et 2016, montre qu’en illustration du texte biblique, on trouve trente images de l’arche pour seulement huit reproductions de tableaux représentant le déluge[4]. On trouve donc dans les manuels de 6e une imagerie de l’arche très diverse mais beaucoup moins de reproductions de tableaux représentant les terribles conséquences de la tempête divine.
  2. Or, les images de l’arche présentent toutes exclusivement les survivants du déluge, c’est-à-dire Noé et sa famille. En tant qu’humains chargés, avec les couples d’animaux, de renouveler le monde et de le perpétuer, ils sont du côté positif de l’histoire. Cette iconographie véhicule donc une représentation stéréotypée, reconnaissable par tous et ancrée dans une utopie, celle de la cohabitation bienheureuse des espèces, loin de la tentation du mal et de la violence. Pour les élèves de cycle 3, les représentations apaisées de l’arche constituent donc un stéréotype majeur et dominant de l’événement mythique. Comme il est indispensable que ce stéréotype soit construit, la séquence de lecture expérimentée s’ouvre elle aussi sur une observation d’images de l’arche de Noé, produites à diverses époques et dans des cultures différentes. Néanmoins, le risque existe que cette version optimiste du mythe, totalement expurgée du drame de l’extermination en œuvre avec la montée des eaux, finisse par en occulter la dimension tragique.

1.3. Le texte et son contenu

  1. Le récit du déluge est en effet construit sur une dualité, la destruction du monde ancien et l’affirmation du renouveau qui lui est consubstantiel.
  2. Dans le chapitre 6 du livre de la Genèse relatif au déluge, le dessein de Dieu de détruire tous les hommes est clairement exprimé[5]. Dieu souhaite « effacer l’homme » de la surface du sol, « détruire » toute créature animée, de sorte que « la fin de toute chair » arrive et que « tout ce qui est sur Terre » expire. Au chapitre 7, Dieu répète son intention à Noé, avant que le récit de la crue des eaux et de ses conséquences ne soit pris en charge par le narrateur : « tous ceux qui respiraient l’air, tous ceux qui vivaient sur la terre ferme moururent ». La violence de l’hécatombe est donc clairement dite.
  3. Le texte biblique ne fait toutefois jamais de description du monde détruit par les eaux. Ainsi les morts ne sont-ils jamais montrés, comme s’ils avaient été balayés par les vagues. Aux chapitres 8 et 9, lorsque l’arche s’immobilise sur le Mont Ararat et que Noé ouvre la fenêtre de l’arche, ce n’est pas l’ancien monde détruit qui lui apparaît mais déjà un monde renouvelé et porteur d’espérance. Le châtiment divin ne laisse pas de trace, ce qui facilite l’amnésie collective réduisant le mythe à l’histoire d’une arche ou d’une nouvelle alliance entre Dieu et les hommes.

1.4. Réécritures contemporaines du mythe

  1. Il appert cependant que, lorsque le motif du déluge est convoqué pour parler du monde d’aujourd’hui, en proposant ce qu’Yves Citton appelle une lecture actualisante du mythe (2007 : 265), c’est toujours au drame de la destruction qu’il est fait référence, le mythe du déluge permettant de modéliser des scénarios très inquiétants parmi ceux qui menacent actuellement notre monde. D’un point de vue didactique, la dimension punitive du déluge ne saurait donc être éludée avec les élèves, l’étude du texte devant leur permettre de dépasser les représentations stéréotypées qui édulcorent la dimension génocidaire du récit biblique.
  2. Ceci nous amène à expliquer nos choix dans l’élaboration de la séquence de lecture expérimentée.

2. Principes théoriques ayant présidé aux choix didactiques

  1. Nous allons présenter successivement les éléments théoriques qui d’une part, justifient les consignes d’écriture en première personne proposées aux élèves ainsi que l’intégration à la séquence didactique de la découverte des représentations picturales du déluge, et qui d’autre part, motivent l’analyse des données récoltées.

2.1 Susciter l’expression des affects par des écrits réguliers en première personne

  1. Notre groupe de recherche-formation ayant pour projet d’explorer les liens entre lecture littéraire et écrits scolaires, le premier principe adopté pour favoriser une lecture impliquée du texte par les élèves est de les inviter à produire régulièrement des écrits de travail ou écrits intermédiaires (Chabanne et Bucheton, 2000) afin que s’expriment les réactions émotionnelles et axiologiques provoquées chez eux par l’histoire du déluge. Il s’agit d’écrits en première personne dans lesquels les élèves donnent leurs impressions à la réception d’un texte, d’une image ou d’un extrait de film, mais aussi s’interrogent sur les intentions et les actions des différents acteurs du récit biblique. Ces écrits réactifs et/ou réflexifs permettent d’observer et de confronter les représentations mentales successives que les élèves se font du déluge.
  2. Comme nous allons le voir, ces écrits de travail sont complétés par d’autres travaux d’écriture référant cette fois aux sujets de conscience du monde fictionnel que sont les personnages.

2.2. Favoriser l’empathie fictionnelle des élèves par l’écriture en « je » fictif

  1. Selon les philosophes et les psychologues cognitivistes qui s’intéressent à la fiction, lire une œuvre de narration littéraire, c’est à la fois s’immerger dans l’univers fictionnel proposé par le texte, mais c’est aussi mettre en jeu, à l’égard des personnages, des mécanismes d’empathie qui permettent de comprendre les émotions que ces derniers ressentent et les motivations qui les font agir (Oatley, 2011). Or, il s’avère que, dans la fiction, les relations empathiques intersubjectives entre lecteur et personnage combinent, comme dans la vie réelle, des phénomènes d’échoïsation et de simulation de la situation d’autrui (De Vignemont, 2008).
  2. Il en résulte, en termes didactiques, que, pour améliorer l’implication des élèves dans le texte, il semble nécessaire de les aider à se représenter l’univers de la fiction, à s’y déplacer mentalement et à adopter le point de vue des personnages. Or, selon le théoricien de la fiction Jean-Marie Schaeffer, la « substitution d’identité narrative » serait en effet un vecteur privilégié d’immersion fictionnelle (1999 : 246), ce que confirme Vincent Jouve, auteur de L’effet-personnage, qui considère que le « je » est le « support privilégié de l’identification » (1992 : 52). Le deuxième principe adopté pour faire lire le récit biblique est donc de faciliter l’immersion dans le monde fictionnel et l’identification aux personnages avec le dispositif d’écriture en « je » fictif, appelé journal de personnage (Larrivé, 2017).
  3. Parce qu’il joue un rôle majeur dans l’histoire, en tant que sauveur de l’humanité mais aussi en tant qu’instrument du projet divin de destruction de l’ancien monde, il nous a paru intéressant que les élèves se focalisent sur les états mentaux du personnage de Noé. Le dispositif d’écriture en « je » fictif permet donc aux élèves d’adopter sa voix pour commenter ses actions et exprimer ses motivations. Pour favoriser et diversifier les phénomènes identificatoires, nous avons souhaité qu’il y ait également un point de vue d’enfant sur l’histoire. Nous avons donc imaginé que Noé puisse être accompagné sur l’arche par sa petite fille[6], un personnage qui nous semblait émotionnellement facile à investir pour de jeunes élèves. Ces derniers ont donc été invités à considérer le déluge non plus du seul point de vue divin, mais aussi du point de vue des humains qui y survivent, c’est-à-dire les passagers de l’arche que sont Noé et sa famille, témoins impuissants et malgré eux complices de la destruction de leurs semblables.
  4. C’est ainsi que nous avons expérimenté un dispositif mêlant des écrits en première personne liés à trois instances énonciatives différentes[7] :
  • (1) Noé écrit son journal de bord du déluge[8].
  • (2) La petite-fille de Noé écrit régulièrement des messages à son grand-père[9].
  • (3) Le lecteur commente la situation en son nom propre[10].
  1. Les élèves ont produit 14 écrits différents, avant, pendant et après la lecture du texte biblique.

2.3. Infléchir l’activité fictionnalisante des élèves grâce aux tableaux de maîtres

  1. Selon Gérard Langlade, ce qui permet de définir la lecture littéraire comme une lecture subjective est l’ « activité fictionnalisante » du lecteur par laquelle il investit et singularise le contenu fictionnel des œuvres pour se l’approprier. Cette activité de dialogue avec l’œuvre met en jeu le système axiologique du lecteur, son activité fantasmatique et les liens de causalité qu’il établit entre les événements, mais aussi ce que Gérard Langlade appelle la « concrétisation imageante », c’est-à-dire la production d’images en complément de l’œuvre.
  2. Ainsi, puisque l’un des enjeux de la lecture du texte biblique est de permettre aux élèves d’appréhender les deux dimensions du mythe que sont la destruction et le renouveau, le troisième principe didactique adopté pour l’élaboration de la séquence est d’agir sur les représentations imagées des élèves pour en élargir le champ. Après le travail sur l’iconographie stéréotypée de l’arche, il est donc prévu de les confronter à des tableaux de Poussin, Turner, Doré et Comerre[11], des œuvres picturales qui, au risque de violenter la sensibilité de leurs observateurs, n’occultent rien des conséquences de la montée des eaux, les trois dernières représentant même très crument des cadavres humains amoncelés[12].
  3. Aux quatre tableaux susnommés, notre groupe de travail a choisi d’ajouter l’œuvre de Chagall dont l’atmosphère toute vaporeuse et optimiste peut servir de contrepoint à la dimension tragique des autres[13]. La diversité des interprétations du texte biblique dans les cinq tableaux semblait susceptible d’agir sur l’activité fictionnalisante des élèves lecteurs. C’est ce que nous voulions mesurer.
  4. Avant de passer aux résultats obtenus, nous souhaitons évoquer un phénomène psychologique susceptible, selon nous, de jouer un rôle dans l’activité d’écriture des élèves en influant sur leur faculté d’imagination. Ce phénomène de résistance imaginative sera en effet pris en compte dans l’analyse que nous ferons des écrits produits.

2.4. Observer le phénomène de résistance imaginative

  1. Dans le domaine de la fiction, la capacité humaine à imaginer semble ne pas avoir de limite, mais selon Anne Reboul (2011), chercheure en psychologie cognitive, il n’en est rien. Certaines émotions négatives, suscitées en nous lorsque nous sommes en immersion fictionnelle, peuvent limiter notre capacité d’imagination en nous empêchant de concevoir des convictions morales qui iraient à l’encontre des nôtres. C’est ce qu’Anne Reboul nomme la « résistance imaginative », forme de désobéissance inconsciente aux injonctions de la fiction :

Alors que nous n’avons pas de peine à imaginer un contenu factuel, même lorsqu’il contredit nos convictions, il nous est très difficile, pour ne pas dire impossible, d’imaginer un contenu évaluatif qui va contre nos convictions (2011 : 132).

  1. Il en résulte que, si nous pouvons imaginer un personnage de fiction qui ait des convictions morales contradictoires avec les nôtres, nous sommes en revanche dans l’impossibilité d’adhérer par l’imagination à ses convictions, parce qu’elles suscitent en nous des émotions négatives. D’après Anne Reboul, les conflits internes générés par la résistance imaginative seraient au cœur de l’enseignement moral par la littérature, dans la mesure où ils permettraient au lecteur d’éprouver et d’affiner son système axiologique.
  2. Qu’en est-il lors de la lecture du texte biblique ?
  3. Selon les préceptes divins énoncés dans le texte biblique, la mort de toutes les créatures qui peuplent la terre est juste. En réponse à la violence et à la méchanceté humaines, cette destruction doit permettre l’émergence d’une humanité nouvelle avec laquelle Dieu pourra à nouveau faire alliance. Choisi parce qu’il est juste et honnête, Noé adhère à ce projet destructeur et l’accepte. En tant qu’élu divin, promis à la survie, il se soumet à la volonté de Dieu malgré sa connaissance de ce qui va advenir aux autres humains.
  4. Considéré hors de sa dimension symbolique, un tel projet déclenche en nous un sentiment de révolte car il se heurte à notre système de valeurs qui sacralise la vie humaine individuelle. Nous nous sommes donc demandé ce qu’il en serait des élèves invités à adopter le point de vue de Noé. Peuvent-ils, en première personne, imaginer avec lui qu’exterminer les humains soit une chose bonne et juste ? Les phénomènes de résistance imaginative peuvent-ils empêcher les élèves de se faire une représentation mentale du génocide humain ? En quoi les tableaux de facture figurative peuvent-ils contrer le phénomène de résistance imaginative et déclencher chez le lecteur, comme chez le personnage à qui il prête sa voix, un changement de perspective ?
  5. Notre analyse porte donc sur le dialogue interne qui se joue chez l’élève confronté au texte biblique et à ses interprétations iconographiques. Elle fait émerger les tensions entre les différentes reconfigurations du texte, avant et après avoir observé les tableaux de maîtres, lorsque l’élève réagit de son point de vue propre et lorsqu’il adopte le point de vue des personnages de Noé et de sa petite fille.

3. Résultats obtenus

  1. Les éléments que nous avons analysés sont les textes produits par les trois classes de CM1, CM2 et 6e[14]. On trouvera dans le descriptif de la séquence la liste des consignes données pour chacun des textes produits (textes nommés T1, T2, etc.)[15]. Notre analyse porte sur 10 écrits parmi les 14 demandés.
  2. Les productions ont été observées d’un point de vue sémantique pour relever et comparer, dans les écrits en « je » fictif et en « je » non fictif, les références explicites à la destruction des humains.
  3. La présentation des résultats suit l’ordre chronologique de la lecture du texte biblique et propose une analyse de données en deux phases, avant et après la découverte des tableaux, puis tente de dresser un bilan de l’effet conjoint du dispositif d’écriture en première personne et de l’observation de tableaux figuratifs représentant le déluge.

3.1. La découverte du texte

  1. Dans un premier temps, nous avons observé la différence de comportement entre lecteur et personnage face aux injonctions divines exprimées dans le texte biblique[16].

3.1.1. Face au projet divin, lecteur et personnage divisés

  1. Après la lecture du chapitre 6, lorsque les élèves découvrent le projet divin de destruction des humains, ils sont amenés à rédiger deux textes en première personne. Dans le texte appelé T3, ils doivent rendre compte de leurs impressions personnelles sur le texte alors que, dans le texte T4, ils adoptent la voix de Noé pour rendre compte de ce que celui-ci ressent.
  2. Le tableau ci-dessous synthétise les types de réponses obtenues en CM1 et en 6e en fonction de ce qu’elles mettent prioritairement en avant[17].

 

 

Types de réponses (R)

 

T3 

réaction du lecteur

« je » non fictif

T4 

réaction de Noé

« je » fictif

Le lecteur ou Noé… CM1 6e Total CM1 6e Total
déplore la destruction du monde et/ou juge Dieu sévèrement (R1) 8 12 20 1 4 5
évoque la destruction du monde sans la commenter (R2) 3 1 4 3 1 4
évoque la destruction du monde mais aussi la soumission à Dieu et/ou le désir d’être sauvé  (R3) 2 5 7

 

7 7

 

14

 

décrit des actions ou des problèmes matériels (R4) 1 5 6 12 10 22
juge positivement le projet de Dieu et/ou le justifie et/ou remercie Dieu d’en être le héros (R5) 6 1 7 3 4 7
dit autre chose (R6) [18] 8 3 11 1 1 2
Nombre de réponses obtenues 28 27 55 27 27 54

 

  1. On voit apparaître une différence sensible, pour la réponse R1, en fonction de l’énonciation imposée. Si 35% des élèves (20/55), parlant en leur nom propre, s’offusquent d’un projet de destruction du monde qui les sidère, ils ne sont en revanche que 10% (5/54) à critiquer ou déplorer le projet divin quand ils font parler Noé, ce qui est en cohérence avec le rôle du personnage et son allégeance à Dieu. Dans les écrits des élèves, Noé ne déplore souvent que la mort de ses voisins ou amis.
  2. On constate également qu’a contrario, Noé n’adhère explicitement au projet divin (R5) que dans 7 textes seulement, soit 13% des écrits fictifs, ce qui est très peu. Par ailleurs, dans les écrits en « je » fictif des deux classes, Noé ne parle, dans 40% des cas (22/54), que des problèmes matériels rencontrés pour construire l’arche (R4) sans évoquer le sort qui attend les humains. Enfin, dans 25% des cas également (14/54), il justifie l’acceptation de la situation par sa soumission à Dieu ou son désir de survivre (R3). Il apparaît donc qu’à ce stade de l’histoire, il est difficile pour les élèves d’imaginer la pensée d’un Noé qui serait le complice conscient de la destruction programmée des êtres humains. Ceci les amène à une forme de déni que nous considérons comme un exemple intéressant de résistance imaginative.

3.1.2. Le déni de Noé

  1. Il en est de même dans l’écrit en « je » fictif relatif à Noé suivant (T6), écrit après la lecture du chapitre 7, lorsque les eaux commencent à monter et que la menace se précise pour les autres humains. Nous avons ici observé les réponses des trois classes :
Types de réponses (R) T6 : réaction de Noé en « je » fictif
CM1 CM2 6e Total
Noé n’évoque pas les morts, il ne parle que  des événements dans l’arche 10 14 16 40
Noé évoque la mort de personnes proches 2 5 4 11
Noé évoque les morts 10 1 4 15
Noé évoque les morts et s’en scandalise ou se sent coupable 3 3 4 10
Nombre de réponses obtenues 25 23 28 76

 

  1. On peut noter qu’ici Noé ne justifie jamais le projet d’extermination de Dieu. Dans plus de la moitié des cas (40/76), il occulte la question des victimes du déluge et se montre uniquement absorbé par la gestion de l’arche, espace protégé où il a fort à faire. Et quand il évoque les morts autres que ses proches, c’est souvent d’un ton neutre dépourvu d’affect (15/27)[19]. Encore une fois, la propension de Noé à éviter de parler du sort des gens qui n’ont pu monter dans l’arche relève peut-être de la résistance imaginative des élèves, et proviendrait alors du conflit entre le projet de Dieu auquel le héros se soumet par allégeance et les valeurs collectivement partagées dans notre société concernant la vie humaine. A posteriori, nous pensons que les représentations des pensées de Noé à ce stade auraient mérité de faire l’objet d’un débat collectif dans la classe, pour éclairer ce qui les déclenche chez les élèves.

3.1.3. L’ignorance de l’enfant

  1. Le texte suivant (T7) exigeait que les élèves adoptent le point de vue de l’enfant. Les écrits produits au nom de la fillette sont synthétisés et regroupés dans le tableau ci-dessous :
Types de réponses T7 : réaction de la fillette en « je » fictif
CM1 CM2 6e Total
La fillette voit positivement la situation 18 3 8 29
La fillette est inquiète pour sa survie 2 19 8 29
La fillette parle d’amies abandonnées 2 2 7 11
La fillette évoque tous les morts 4 3 7
Nombre de réponses obtenues 26 24 26 76

 

  1. Dans les messages qu’elle écrit, si la fillette s’inquiète pour sa survie (29/76) ou parce qu’elle est séparée de ses amies (11/76), elle fait peu mention des risques encourus par les humains restés sur la terre (7/76), ce qui semble fictionnellement cohérent puisque la dimension tragique des événements est étrangère à cette enfant qui ne partage pas le secret des adultes.

3.2. Le choc des tableaux

  1. Après d’autres écrits concernant la vie dans l’arche et fondés sur la découverte de réécritures littéraires ou cinématographiques du mythe[20], les élèves reviennent ensuite au texte biblique pour lire le début du chapitre 8 qui met en scène le retrait des eaux. À cette étape de la séquence de lecture-écriture, les élèves ne connaissent, comme représentations iconographiques du déluge, que les images de l’arche, embarcation isolée sur une vaste étendue d’eau et abritant la famille de Noé accompagnée de couples d’animaux. La confrontation avec les scènes représentées dans les tableaux de maitres va changer le regard porté par les élèves sur l’événement.

3.2.1. Face aux représentations du déluge

  1. Après avoir observé les cinq tableaux[21], les élèves sont invités à dire, dans le texte T11, quel est celui qui représente le mieux le déluge selon eux et à justifier leur réponse. Les synthèses ci-dessous présentent les réponses au sondage puis les justifications données.
T11 : le tableau le plus représentatif du déluge – Choix opéré
CM1 CM2 6e Total
Poussin 0 1 10 11
Turner 7 4 1 12
Doré 16 15 15 46
Comerre 1 3 1 5
Chagall 2 0 0 3
Pas de choix 1 1 0
Total 28 24 27 79

 

Types de réponses

T11 : le tableau le plus représentatif – Justification

« je » non fictif

Pour justifier son choix, l’élève… CM1 CM2 6e Total
évoque les morts représentés 23 20 15 58
évoque les morts et les survivants 6 6
ne parle pas du tout des morts 5 4 6 15
Nombre de réponses obtenues 28 24 27 79
  1. Le tableau choisi majoritairement par les trois classes est celui de Gustave Doré, avec en 6e, une concurrence assez nette entre Gustave Doré et Nicolas Poussin. Dans cette classe, quelques élèves interprètent le calme paysage de Poussin comme porteur d’espoir pour les humains représentés qu’ils assimilent à des survivants, mais dans les justifications du choix de ce tableau, les élèves citent majoritairement les morts représentés, certains parlant aussi de « réalisme » dudit tableau.
  2. S’il n’y a rien d’anormal à ce que les élèves, contraints à observer les désastres du déluge, focalisent leur attention sur les cadavres explicitement représentés par Doré, on peut s’étonner que le tableau de Comerre ait été si peu choisi. Il est cependant possible que la représentation très réaliste et en gros plan des corps amoncelés soit trop éprouvante pour les jeunes observateurs, alors que le noir et blanc de la gravure de Doré, associé au plan large, crée une distanciation rendant plus supportable le spectacle représenté.

3.2.2. Du déni au dessillement

  1. La confrontation avec les tableaux représentant le déluge change-t-elle la manière dont les élèves se représentent ensuite la perception des personnages ? Observons les écrits T12 et T13, lorsque les deux personnages jettent un coup d’œil à l’extérieur de l’arche immobilisée sur le Mont Ararat et donnent leurs impressions. Le tableau ci-dessous synthétise les réponses des classes de CM1 et CM2[22]:
Types de réponses

 « je » fictif

T12 : réaction de Noé T13 : réaction de la fillette
Quand il regarde à l’extérieur de l’arche, Noé ou sa petite-fille… CM1 CM2 CM1 CM2
il/elle parle des morts (aperçus ou non) 12 11 4 12
il/elle occulte les morts 16 14 24 13
Nombre de réponses obtenues 28 25 28 25
  1. La seule remarque que l’on puisse faire est que dans les écrits de CM2, la fillette mentionne bien plus souvent les victimes du déluge que dans l’écrit en « je » fictif précédent où elle ne parlait que de ses amies abandonnées : sur les 25 élèves dont on compare les productions, on trouve 12 occurrences supplémentaires entre les textes T7 et T13. Dans cette classe, il semble bien que la vision par les élèves des corps suppliciés exhibés dans les tableaux ait modifié chez la moitié d’entre eux (12/25) la représentation de l’état mental de la fillette : l’enfant oscille désormais entre le soulagement d’être en vie et l’horreur de ce qu’elle voit[23]. Les chiffres obtenus dans la classe de CM1 étant au contraire restés identiques (4 références aux morts en T12, tout comme en T7), les résultats ne permettent pas d’établir un constat plus général. Aussi avons-nous essayé de prendre en compte d’autres critères que nous allons développer dans le bilan final.

3.3. Bilan de la lecture du texte biblique

  1. En construisant la séquence à expérimenter, nous nous étions fixé deux objectifs. Premièrement, nous souhaitions élargir le spectre interprétatif des élèves en rendant prégnantes les deux dimensions du texte biblique que constituent la destruction violente du monde ancien et l’espérance de renouveau. Deuxièmement, il s’agissait de permettre aux élèves de faire du texte biblique une lecture impliquée, c’est-à-dire une lecture émotionnellement et axiologiquement engagée. Avant de conclure, nous proposons de vérifier, en prenant l’exemple de la classe de CM1, si ces deux objectifs ont été atteints.

3.3.1. Des dispositifs croisés pour une interprétation élargie

  1. Le tableau ci-dessous récapitule dans quels textes produits par les élèves apparaissent les premières mentions de l’extermination des humains par le déluge[24]:

Première occurrence de la référence explicite

aux victimes humaines du déluge

Nb d’élèves Texte Type d’écrit Ecrit en « je » fictif

ou non fictif

9 T3 Réaction du lecteur

à l’incipit du texte (chapitre 6)

 

Ecrits en « je » non fictif

Total = 16

7 T11 Réaction du lecteur

à la découverte des tableaux

6 T6 Réactions de Noé

Total = 10

Ecrits en « je » fictif

Total = 12

4 T14
2 T7 Réactions de la fillette

Total = 2

2 Ø Aucune occurrence
30 Nombre total d’élèves
  1. On voit qu’à l’exception de deux d’entre eux, tous les élèves ont fait état de l’hécatombe humaine dans un de leurs écrits, que ce soit en leur nom propre ou en empruntant le « je » d’un personnage. Si 16 élèves y font allusion dans un écrit en « je » non fictif dès la découverte du récit (T3) ou au moment de la découverte des tableaux (T11), les 12 autres mentionnent pour la première fois les suppliciés dans un des différents écrits en « je » fictif, majoritairement relatifs à Noé. Ceci tend à souligner la complémentarité des deux dispositifs croisés mis en place qui, jouant de concert, permettent de modifier la représentation des élèves et d’élargir leur champ interprétatif.
  2. Notons en parallèle que 80% des élèves ont également fait explicitement référence à l’avenir dans un de leurs textes, qu’il s’agisse de l’avenir d’un personnage ou de celui de l’humanité toute entière. Pour les deux tiers d’entre eux, cela apparaît dans le dernier texte de Noé (T14). Comme en témoignent les exemples donnés en annexe[25], il y est majoritairement question de reconstruction, de repeuplement, parfois de renouveau, dans une vision positive du devenir de Noé et de sa famille, voire de l’humanité. La prise de conscience des dégâts du déluge n’empêche donc pas les élèves de faire une interprétation optimiste du mythe biblique.

3.3.2. L’effet-personnage

  1. Enfin, pour analyser l’engagement affectif des élèves dans la lecture du texte, nous avons observé, parmi tous les écrits produits en CM1, à quel moment les élèves exprimaient pour la première fois un sentiment par rapport aux victimes humaines du déluge, et quelle voix ils privilégiaient pour cela, la leur ou celle d’un personnage de la fiction. Nous avons donc fait, pour chaque élève, un repérage précis des occurrences lexicales relevant des émotions dans ses différents écrits.
  2. Dans le tableau récapitulatif des occurrences relevées pour la classe de CM1[26], il apparaît que 7 élèves sur les 30 n’ont jamais exprimé, dans aucun de leurs textes, de sentiment à l’égard des victimes du déluge[27]. Si, pour les 23 autres élèves, soit 75% de la classe, l’on regarde où apparaît la première occurrence d’une marque d’implication émotionnelle, on voit que pour 6 d’entre eux seulement, il s’agit d’un écrit en « je » non fictif (T3, T8 ou T11), alors que pour les 18 autres, la compassion pour les victimes s’exprime d’abord par l’intermédiaire d’un des personnages : 17 fois par le « je » de Noé et une fois par celui de la fillette. Après la découverte du texte biblique ou face aux tableaux, ce ne sont donc pas les textes écrits en leur nom propre qui ont suscité chez les élèves le plus de réactions affectives, mais bien plutôt ceux qui passent par l’intermédiaire du personnage. Ceci semble confirmer l’importance des phénomènes d’empathie fictionnelle dans l’appropriation émotionnelle du texte et l’intérêt didactique de favoriser leur émergence par des consignes d’écriture en « je » fictif, comme le propose le dispositif du journal de personnage.

Conclusion

  1. Pour conclure, nous dirons donc que l’échantillon de textes analysés permet de conforter l’intérêt de l’utilisation conjointe des deux dispositifs didactiques proposés. L’écriture en première personne, en « je » fictif dans le cadre du journal de personnage et en « je » non fictif pour des réactions de lecteur, permet aux élèves d’exprimer les affects suscités par le récit et les images ; la rencontre des tableaux figuratifs représentant la violence du déluge bouscule leur imaginaire et les affranchit d’une représentation stéréotypée très prégnante du mythe ; cela ne les empêche pas de faire du texte biblique une interprétation autour de la renaissance ou du renouveau.
  2. Selon Jean-Marie Schaeffer, quand les mythes sont abordés comme des fictions, ils redeviennent des supports de satisfaction esthétique dont on peut tirer un profit en termes cognitifs et affectifs (1999 : 150). Pour illustrer son propos, nous voudrions citer l’écrit d’une des élèves de CM1 qui, parce qu’elle ne croyait pas en Dieu, avait d’abord réagi négativement à l’idée de lire le texte biblique. En fin de séquence, dans son dernier écrit (T14), cette élève fait pourtant tenir à Noé, s’adressant aux futurs lecteurs de son journal, les propos suivants :

Voilà l’histoire qui se finit bien. Lisez le déluge, une histoire passionnante. […] Vous allez restés figés pendant des heures à lire mon histoire monstrueuse et aussi impressionnante.

  1. Monstrueuse, impressionnante mais passionnante, telle est bien l’histoire du déluge pour qui en fait une lecture privilégiant l’impact psychoaffectif du texte sur le lecteur.
  2. S’opposant à la transmission de modèles de pensée, la démarche présentée, alliant découverte iconographique et écriture en « je » fictif, propose aux élèves de faire du texte biblique une lecture impliquée, identificatoire, à forte résonance émotionnelle, à même de les engager dans un processus de réflexion axiologique parfois déroutant mais enrichissant et ouvrant la voie à de possibles lectures actualisantes à venir.


 

Bibliographie

Ouvrages ou articles théoriques

CHABANNE, J.-C. & BUCHETON, D. (2002). Parler et écrire pour penser, apprendre et se construire. Paris : Presses Universitaires de France.

CITTON, Y. (2007). Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ? Paris : Ed. Amsterdam.

DE BEAUDRAP, R. (2007). Quand la littérature doit aussi enseigner des valeurs : les enjeux humanistes et sociétaux de la lecture littéraire de la Bible. In DUFAYS Jean-Louis (dir.) (2007). Enseigner et apprendre la littérature aujourd’hui, pour quoi faire ? Sens, utilité, évaluation. Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain.

DE VIGNEMONT, F. (2008). Empathie miroir et empathie reconstructive. Revue philosophique de la France et de l’étranger, 3(133), 337-345.

JOUVE, J. (1992). L’effet-personnage dans le roman. Paris : Presses Universitaires de France.

LANGLADE, G. (2007). La lecture subjective. Québec français. N°145. 71-73. URL : http://id.erudit.org/iderudit/47315ac

LARRIVÉ, V. (2015). Empathie fictionnelle et écriture en “je” fictif. Repères, 51, 157-176.

LARRIVÉ, V. (2017). Empathie fictionnelle et théories de la fiction, quelles implications en didactique de la littérature ? In LE GOFF F. et FOURTANIER M.-J. (2017). Les formes plurielles des écritures de la réception. Volume 1 : Genres, espaces et formes (55-72). Namur (Belgique) : Presses Universitaires de Namur.

LOUICHON, B. (2015). Le patrimoine littéraire : un enjeu de formation. Tréma, 43, 22-31.

OATLEY, K. (2011). Les romans renforcent l’empathie. Cerveau et Psycho, août-octobre.

REBOUL, A. (2011). La résistance imaginative : émotions, valeurs et fiction. In TAPPOLET C. (ed). Les Ombres de l’âme : penser les émotions négatives. Paris : Markus Halter Ed.

SCHAEFFER, J.-M. (1999). Pourquoi la fiction ? Paris : Éditions du Seuil.

OSS issus du récit biblique du déluge : adaptations, réécritures ou commentaires

Albums

BRET, Jan (2005). L’arche de Noé. Edition française. Paris : Hachette-Livre / Gautier-Languereau.

DEDIEU, Thierry (2011). L’arche de Noé, mise en scène de Dedieu. Paris : Seuil.

Dessin animé

GIRERD, J-R (2003). La prophétie des grenouilles.

Pièce radiophonique

HUB, Ulrich (2007) L’arche part à 8 heures.

Roman

Mc CAUGHREAN (2005). La fille de Noé.

Nouvelle

SUPERVIELLE (1938). L’arche de Noé, Supervielle

Tableaux

CHAGALL (1961). Le déluge. [cf. tableau 5 dans l’annexe 3]

COMERRE Léon-François (1911). Le déluge. [cf. tableau 4 dans l’annexe 3]

DORÉ Gustave (1866). Le lâcher de la colombe. [cf. tableau 3 dans l’annexe 3]

POUSSIN (1660-1664). L’hiver ou le déluge. [cf. tableau 1 dans l’annexe 3]

TURNER William (1805). Le déluge. [cf. tableau 2 dans l’annexe 3]

Commentaire critique sur les représentations picturales du déluge

CARIEL R., LEENSZTEJN, J.-C., SEGUIN, M.S. WUHRMANN, S. (2006). Visions du Déluge, de la Renaissance au XIXe siècle. Paris : Réunion des musées nationaux.

ANNEXE 1 : Texte biblique extrait de  la Traduction Œcuménique de la Bible (1988) © Société biblique française/Cerf.

LE DÉLUGE : Le texte biblique : Genèse 6,5 à 6,22

Le SEIGNEUR vit que la méchanceté de l’homme se multipliait sur la terre : à longueur de journée, son cœur n’était porté qu’à concevoir le mal, et le SEIGNEUR se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre. Il s’en affligea et dit : « J’effacerai de la surface du sol l’homme que j’ai créé, homme, bestiaux, petites bêtes et même les oiseaux du ciel, car je me repens de les avoir faits ». Mais Noé trouva grâce aux yeux du SEIGNEUR.

Voici la famille de Noé : Noé, homme juste, fut intègre au milieu des générations de son temps. Il suivit les voies de Dieu, il engendra trois fils : Sem, Cham et Japhet. La terre s’était corrompue devant Dieu et s’était remplie de violence. Dieu regarda la terre et la vit corrompue, car toute chair avait perverti sa conduite sur la terre. Dieu dit à Noé : « Pour moi, la fin de toute chair est arrivée ! Car à cause des hommes la terre est remplie de violence, et je vais les détruire avec la terre ».

« Fais-toi une arche de bois résineux. Tu feras l’arche avec des cases. Tu l’enduiras de bitume à l’intérieur et à l’extérieur. Cette arche, tu la feras longue de trois cents coudées, large de cinquante et haute de trente. Tu feras à l’arche un toit à pignon que tu fixeras à une coudée au-dessus d’elle. Tu mettras l’entrée de l’arche sur le côté, puis tu lui feras un étage inférieur, un second et un troisième. « Moi, je vais faire venir le déluge — c’est-à-dire les eaux — sur la terre, pour détruire sous les cieux toute créature animée de vie ; tout ce qui est sur terre expirera. J’établirai mon alliance avec toi. « Entre dans l’arche, toi et avec toi, tes fils, ta femme, et les femmes de tes fils. De tout être vivant, de toute chair, tu introduiras un couple dans l’arche pour les faire survivre avec toi ; qu’il y ait un mâle et une femelle ! De chaque espèce d’oiseaux, de chaque espèce de bestiaux, de chaque espèce de petites bêtes du sol, un couple de chaque espèce viendra à toi pour survivre. Et toi, prends de tout ce qui se mange et fais-en pour toi une réserve ; ce sera ta nourriture et la leur ». C’est ce que fit Noé ; il fit exactement ce que Dieu lui avait prescrit.

LE DÉLUGE : Le texte biblique : Genèse 7,1 à 7,24

Le SEIGNEUR dit à Noé : « Entre dans l’arche, toi et toute ta maison, car tu es le seul juste que je vois en cette génération. Tu prendras sept couples de tout animal pur, un mâle et sa femelle — et d’un animal impur un couple, un mâle et sa femelle, — ainsi que des oiseaux du ciel, sept couples, mâle et femelle, pour en perpétuer la race sur toute la surface de la terre. Car dans sept jours, je vais faire pleuvoir sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits, j’effacerai de la surface du sol tous les êtres que j’ai faits ». Noé se conforma à tout ce que le SEIGNEUR lui avait prescrit.

Noé était âgé de six cents ans quand eut lieu le déluge — c’est-à-dire les eaux — sur la terre. À cause des eaux du déluge, Noé entra dans l’arche et avec lui ses fils, sa femme et les femmes de ses fils. Des animaux purs et des animaux impurs, des oiseaux et de tout ce qui remue sur le sol, couple par couple, mâle et femelle vinrent à Noé dans l’arche comme Dieu l’avait prescrit à Noé.

Sept jours passèrent et les eaux du déluge submergèrent la terre. En l’an six cents de la vie de Noé, au deuxième mois, au dix-septième jour du mois, ce jour-là tous les réservoirs du grand abîme furent rompus et les ouvertures du ciel furent béantes. La pluie se déversa sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits. En ce même jour, Noé entra dans l’arche avec ses fils, Sem, Cham et Japhet, et avec eux, la femme de Noé et les trois femmes de ses fils ainsi que toutes les espèces de bêtes, toutes les espèces de bestiaux, toutes les espèces de petites bêtes qui remuent sur la terre, toutes les espèces d’oiseaux, tout volatile, toute bête ailée. Ils vinrent à Noé dans l’arche, couple par couple, de toute créature animée de vie. C’étaient un mâle et une femelle de toute chair qui entraient. Ils entrèrent comme Dieu l’avait prescrit à Noé. Le SEIGNEUR ferma la porte sur lui. Le déluge eut lieu sur la terre pendant quarante jours. Les eaux s’accrurent et soulevèrent l’arche, et elle fut élevée au-dessus de la terre. Les eaux furent en crue, formèrent une masse énorme sur la terre, et l’arche dériva à la surface des eaux. La crue des eaux devint de plus en plus forte sur la terre et, sous toute l’étendue des cieux, toutes les montagnes les plus élevées furent recouvertes par une hauteur de quinze coudées. Avec la crue des eaux qui recouvrirent les montagnes, expira toute chair qui remuait sur la terre, oiseaux, bestiaux, bêtes sauvages, toutes les bestioles qui grouillaient sur la terre, et tout homme. Tous ceux qui respiraient l’air par une haleine de vie, tous ceux qui vivaient sur la terre ferme moururent. Ainsi le SEIGNEUR effaça tous les êtres de la surface du sol, hommes, bestiaux, petites bêtes, et même les oiseaux du ciel. Ils furent effacés, il ne resta que Noé et ceux qui étaient avec lui dans l’arche. La crue des eaux dura cent cinquante jours sur la terre.

LE DÉLUGE : Le texte biblique : Genèse 8,1 À 8,8

Dieu se souvint de Noé, de toutes les bêtes et de tous les bestiaux qui étaient avec lui dans l’arche ; il fit alors passer un souffle sur la terre et les eaux se calmèrent. Les réservoirs de l’Abîme se fermèrent ainsi que les ouvertures du ciel. La pluie fut retenue au ciel et les eaux se retirèrent de la terre par un flux et un reflux. Au bout de cent cinquante jours les eaux diminuèrent et, au septième mois, le dix-septième jour du mois, l’arche reposa sur le mont Ararat. Les eaux continuèrent à diminuer jusqu’au dixième mois; le dixième mois, au premier jour, les cimes des montagnes apparurent.

Or au bout de quarante jours, Noé ouvrit la fenêtre de l’arche qu’il avait faite. Il lâcha le corbeau qui s’envola, allant et revenant, jusqu’à ce que les eaux découvrent la terre ferme. Puis il lâcha la colombe pour voir si les eaux avaient baissé sur la surface du sol.

LE DÉLUGE : Le texte biblique : Genèse 8,8 À 8,22

Mais la colombe ne trouva pas où poser la patte ; elle revint à lui vers l’arche car les eaux couvraient toute la surface de la terre. Il tendit la main et la prit pour la faire rentrer dans l’arche.

Il attendit encore sept autres jours et lâcha à nouveau la colombe hors de l’arche. Sur le soir elle revint à lui, et voilà qu’elle avait au bec un frais rameau d’olivier ! Noé sut ainsi que les eaux avaient baissé sur la terre. Il attendit encore sept autres jours et lâcha la colombe qui ne revint plus vers lui.

Or, en l’an six cent un, au premier jour du premier mois, les eaux découvrirent la terre ferme. Noé ôta le toit de l’arche et voici que la face du sol était sèche. Au deuxième mois, le vingt-septième jour du mois, la terre était sèche. Dieu dit à Noé : « Sors de l’arche, toi, ta femme, tes fils et les femmes de tes fils avec toi. Toutes les bêtes qui sont avec toi, de tout ce qui est chair en fait d’oiseaux, bestiaux, toutes les petites bêtes qui remuent sur la terre, fais-les sortir avec toi et qu’ils grouillent sur la terre, qu’ils soient féconds et prolifiques sur la terre ». Noé sortit, et avec lui ses fils, sa femme et les femmes de ses fils ; toutes les bêtes, toutes les petites bêtes, tous les oiseaux et tout ce qui remue sur la terre sortirent de l’arche par familles.

Noé éleva un autel pour le SEIGNEUR. Il prit de tout bétail pur, de tout oiseau pur et il offrit des holocaustes sur l’autel. Le SEIGNEUR respira le parfum apaisant et se dit en lui-même : « Je ne maudirai plus jamais le sol à cause de l’homme. Certes, le cœur de l’homme est porté au mal dès sa jeunesse, mais plus jamais je ne frapperai tous les vivants comme je l’ai fait. « Tant que la terre durera, semailles et moissons, froid et chaleur, été et hiver, jour et nuit jamais ne cesseront ».

ANNEXE 2 : Séquence de lecture du texte biblique sur le Déluge avec le dispositif du journal de personnage

N° écrit Ecrit en 1ère personne :

« je » fictif ou « je » non fictif

Consigne d’écriture
Lecture d’images         Groupement d’images diverses représentant l’Arche de Noé
T1 je = le lecteur Choisis une des images, décris-la et raconte ce qui se passe. Explique ensuite pourquoi tu as choisi cette image-là.
T2 je = le lecteur Aimerais-tu participer à cette expédition ?
Lecture du texte biblique     Genèse 6.5 à 6.22
T3 je = le lecteur Quelle impression te fait ce texte ? Ecris toutes les remarques qui te viennent à l’esprit.
T4 je = Noé Imagine ce que Noé écrit dans son journal le jour où Dieu lui demande de construire une arche.
T5 je = la petite fille de Noé Le jour où Noé commence à construire l’arche, sa petite fille lui écrit une lettre. Elle ne sait pas ce que Dieu a dit à son grand-père. Imagine ce qu’elle lui écrit.
Lecture du texte biblique     Genèse 7.1 à 7.24
T6 je = Noé Pendant le déluge, quand l’arche est soulevée de la terre, Noé écrit à nouveau dans son journal. Imagine ce qu’il écrit.
T7 je = la petite fille de Noé Pendant le déluge, quand l’arche est soulevée de la terre, la petite fille de Noé écrit à son grand-père pour lui donner ses impressions et lui poser des questions.
T8 je = le lecteur Après la lecture de ces deux textes, comment te représentes-tu le déluge ? Est-ce que les illustrations que nous avons vues à la première séance correspondent à la représentation personnelle du déluge ? Explique pourquoi.
Lecture de textes et d’images 

Groupement d’extraits de textes et films mettant en scène le quotidien dans l’arche :

– L’arche part à 8 heures : extraits p. 38/39-41 et p. 42-43

La fille de Noé : extraits p. 96, p. 97-98, p. 107-108 et p. 109-110

– La prophétie des grenouilles : extraits 18:41 à 22:04 + 22:12 à 26:42

T9 je = le lecteur Quelle représentation de la vie dans l’arche te plaît le mieux ? Explique pourquoi.
T10 je = un animal ou un personnage présent dans l’arche Ton personnage raconte une journée dans l’arche.
Lecture du texte biblique     Genèse 8.1 à 8.8
Lecture d’images

Groupement de tableaux de maîtres représentant le déluge : Poussin, Turner, Doré, Comerre et Chagall

T11 je = le lecteur Quel tableau représente le mieux le déluge selon toi ? Justifie ta réponse.
T12 je = Noé Après avoir regardé par la fenêtre de l’arche, Noé rédige une nouvelle page dans son journal. Imagine ce qu’il écrit.
T13 je = la petite fille de Noé Au même moment, la petite fille écrit un mot à son grand-père pour lui donner ses impressions.
Lecture de texte       Extrait de La fille de Noé (p. 28-29) dans lequel les morts sont évoqués.
T14 je = Noé Une fois toute l’histoire finie, Noé revient dans son journal sur ce qui s’est passé.
Lecture du texte biblique     Genèse 8.8 à 9.20

 

ANNEXE 3 : Reproductions de tableaux de la peinture figurative montrées aux élèves

Illustration  1

 L’hiver ou le déluge, Nicolas Poussin (1660-1664). Huile sur toile. DIMENSIONS. Musée du Louvre, PARIS. Source : Wikimedia Commons. (Libre de droits)

Illustration  2

Le déluge, Joseph Mallord William Turner (1805). Huile sur toile, 142,9 x 235,6 cm. Tate Britain, LONDRES. Source : Photo © Tate. (Libre de droits)

 Illustration  3

Le lâcher de la colombe, Gustave Doré (1866). MATERIAU, DIMENSIONS. LIEU DE CONSERVATION. Source : Wikimedia Commons. (Libre de droits)

Illustration  4

Le déluge, Léon-François Comerre (1911). MATERIAU, DIMENSIONS. Musée des Beaux Arts de Nantes. Source : Wikimedia Commons. (Libre de droits)

Illustration  5

Le déluge, Marc Chagall (1961-1966). Huile sur toile, DIMENSIONS. Musée national Marc Chagall, Nice. Sources : Musées nationaux (Nice). (Libre de droits)

ANNEXE 4 : Exemples d’écrits de travail produits par les élèves

 Exemple 1 : écrit T4 (élève de CM2)

Imagine ce que Noé écrit dans son journal le jour où Dieu lui demande de construire une arche.

Exemple 2 : Ecrit T6 (élève de 6e)

Pendant le déluge, quand l’arche est soulevée de la terre, Noé écrit à nouveau dans son journal. Imagine ce qu’il écrit.

 Exemple 3 : Ecrit T11 (élève de CM1)

Quel tableau représente le mieux le déluge selon toi ? Justifie ta réponse.

 Exemple 4 : Ecrit T13 (élève de CM2)

Après avoir regardé par la fenêtre de l’arche, la petite fille écrit un mot à son grand-père pour lui donner ses impressions.

ANNEXE 5 : Première occurrence d’une émotion face aux victimes du déluge dans les écrits de chacun des élèves de CM1 (élèves numérotés de 1 à 30)

élève texte je = Extrait de la production écrite de l’élève
E1 T14 Noé C’est cruel ce qu’a fait Dieu. Il a tué tous les gens presque sauf ma famille et moi-même, tué les races d’animaux.
E2 T6 Noé Je ne veux pas que le seigneur détruise les autres humains, rien [que] parce qu’ils se bagarrent. Je dois l’empêcher avant que ça arrive.
E3 T12 Noé Mon dieu, toute cette eau me donne le mal de mer. […] Et quand je pense à tous ces morts en dessous de cet océan.
E4 T11 lecteur On voit la tristesse du paysage, […] les humains fatigués et tristes en train de décéder.
E5 T6 Noé J’ai été un peu triste de voir tous ces gens mourir.
E6 T6 Noé Je ne peux imaginer comment la terre sera après ça. Rien que d’y penser, ça me donne envie de vomir.
E7 T6 Noé Je trouve que le Seigneur est un peu méchant, c’est dommage de tuer tout le monde.
E10 T6 Noé Aujourd’hui, j’étais très triste pour toutes ces personnes qui sont en train de mourir. Je réalise que c’est un peu à cause de moi que ces personnes meurent.
E12 T14 Noé On va retrouver les cadavres de personnes qui ont souffert du déluge et les enterrera. J’espère que Dieu ne frappera pas l’homme comme il vient de le faire y a quarante jours.
E13 T12 Noé Je trouve que c’est horrible ce qui est arrivé aux enfants, aux femmes et aux hommes même s’ils faisaient la guerre.
E14 T14 Noé C’est impardonnable ce que Dieu a fait à mes amis […] j’ai du mal à croire qu’il a tué le monde entier.
E15 T14 Noé Au bout de quelques jours à peine, […] je dois avouer que moi aussi je commençais à perdre espoir.
E16 T12 Noé Je suis vraiment très triste de tous ces gens qui sont morts dans le déluge.
E18 T13 fillette Je suis contente qu’on s’en soit sortis mais horrifiée à l’idée de tous ces morts.
E19 T8 Noé L’arche de Noé est très triste car seul Noé, les personnes et les animaux sui sont sur l’arche survivent.
E20 T11 lecteur On voit le ciel déchiré, des gens morts, le déluge et le DÉLUGE raconte ça […] C’est triste pour moi.
E21 T12 Noé Je n’aime pas voir les humains, les plantes et les maisons qui flottent au-dessus de la mer.
E22 T6 Noé Les sanglots me possédaient, mes amis allaient mourir, j’avais peur.
E23 T8 lecteur Plein de gens meurent, c’est pas du tout marrant.
E24 T6 Noé Je ne veux pas que toute la terre soit dévastée par le seigneur et je dois trouver un moyen de l’en empêcher.
E26 T8 lecteur Tous les animaux, les couples se font emporter par le déluge. C’est triste pour tous ces humains et ces animaux.
E27 T3 lecteur Ça m’a fait de la peine car ça peut être un dieu qui nous fait ça, et j’aime pas tout ce qui est brusque.
E28 T6 Noé J’ai eu de la peine pour les personnes qui mouraient à cause de toute l’eau, je me sentais coupable de toutes ces personnes qui mouraient.
7 élèves Ø

 

ANNEXE 6 : Trois exemples de productions d’élèves de CM1 (extraits caractéristiques)

Elève 3 (E3)

T3 : Ton impression

Je n’ai pas envie de le lire parce que dieu n’existe pas, et comme je n’y crois pas, ça ne me servira à rien dans la vie.

T4 : Journal de Noé (1)

J’ai de la chance de ne pas être un de ces bêtes [ ?]

T5 : Lettre de la fillette (1)

Je me demande ce que tu fais à construire une arche.

T6 : Journal de Noé (2)

J’ai eu de la chance [que] ma femme, mes fils et les femmes de mes fils soient venus avec moi. […] Mais vivrons-nous après que les hommes, les femmes et les enfants seront tous morts.

T7 : Lettre de la fillette (2)

Où es-tu ? Je te cherche dans l’arche depuis des heures, je ne vois que des animaux.

 

T11 : Tableau choisi

Doré – On voit le soleil dessus la peinture et c’est joli mais il ne fallait [pas] le mettre parce qu’il n’y a pas de soleil mais de la pluie.

T12 : Journal de Noé (3)

Et quand je pense à tous ces morts en dessous de cet océan mais j’espère qu’on sera heureux dans le « nouveau monde ».

T13 : Lettre de la fillette (3)

J’ai regardé par la fenêtre et j’ai désespéré. Mais quand j’ai su que ton oiseau avait ramené un rameau d’olivier, j’ai repris confiance.

T14 : Journal de Noé (4)

On reconstruira une belle vie avec tous ces animaux. […]

J’ai peur de l’avenir. Et si il y avait quelque chose qui nous tuait tous ?

 

Elève 11 (E11)

T3 : Ton impression

Ça me donne l’impression que la terre [est] revenue à la vie comme par magie.

T4 : Journal de Noé (1)

Dieu me laisse vivre mais que sera le futur peut être bien ou moins bien […] J’espère que j’arriverai à la construire.

T5 : Lettre de la fillette (1)

Pourquoi tu construis une arche ? C’est bizarre.

T6 : Journal de Noé (2)

Maintenant, je suis dans l’arche mais le problème, le voilà, des animaux ne s’entendent pas.

T7 : Lettre de la fillette (2)

Bonjour, c’est pour dire que les paons sont malades mais je me pose des questions. Savais-tu que cette tempête arriverait ? Et que ça serait englouti ? Quelqu’un te l’a dit ?

T11 : Tableau choisi

Doré – Car on voit le bateau géant tellement grand et gros que c’est comme si on y était, on voit les gens morts sur les rochers […].On voit l’arche plus réaliste que les autres images.

T12 : Journal de Noé (3)

Tout le monde attend sur le bateau.

T13 : Lettre de la fillette (3)

Bonjour Papi, je vais très bien. Aujourd’hui, je me suis occupé de donner à manger aux animaux […] Moi, quand je serai grande comme maman, je m’occuperai des animaux.

T14 : Journal de Noé (4)

Aujourd’hui, tout notre petit monde repeuple notre terre. […] J’avais oublié que la terre était si belle avec cette nature et ces animaux. […] Je vais construire ma maison.

Elève 16 (E16)

T3 : Ton impression

Je trouve que c’est pas normal qu’il dise parce que c’est lui qui les a créés et surtout de tous les tuer comme ça.

T4 : Journal de Noé (1)

J’ai été très surpris que Dieu me demande ça parce que je ne sais pas faire une arche.

T5 : Lettre de la fillette (1)

Je ne comprends pas pourquoi tu construis une arche. Est-ce que tu peux me dire ?

T6 : Journal de Noé (2)

Cher journal, Dieu m’a dit de construire une arche. Maintenant que je l’ai construite, il m’a dit qu’il va tuer les personnes qu’il avait faites et même les animaux en faisant un déluge.

T7 : Lettre de la fillette (2)

Je t’écris de l’autre bout de l’arche. Je ne comprends pas toute cette eau, ce déluge, et aussi pourquoi tu as amené tous ces animaux qui sont dans l’arche et toute la famille réunie dans l’arche.

T11 : Tableau choisi

Chagall – Ça me faisait penser à la famille de Noé et aux animaux.

T12 : Journal de Noé (3)

Je suis vraiment très triste de tous ces gens qui sont morts dans le déluge mais Dieu l’avait prédit.

T13 : Lettre de la fillette  (3)

Mais dès le premier jour, j’ai repensé à mes copains et copines qui sont morts dans le déluge. […]Quand je pense à eux, ça me fait tout bizarre, comme un trou dans le cœur.

T14 : Journal de Noé (4)

Mes premiers pas m’ont fait bizarre dès que j’ai touché la terre avec mes pieds, j’ai eu l’impression [que] c’était la première fois que je touchais le sol […] Tous les animaux sont allés repeupler la terre.a

 

Notes

[1] Il s’agit d’un groupe de recherche-formation dépendant du rectorat de Toulouse, que nous avons coordonné de septembre 2010 à septembre 2014.

[2] Socle commun de connaissances et de compétences de 2005 et programmes de 2008.

[3] Par exemple la création du monde selon les Indiens du Montana, telle que racontée par Henri Gougaud dans L’arbre à soleils © éditions du Seuil, 1979.

[4] Nous excluons de cette liste le tableau de Chagall (1961-66) qui représente le déluge vu de l’intérieur de l’arche.

[5] Le texte utilisé est la Traduction Œcuménique de la Bible, © Société biblique française/Cerf, 1988. Il est donné en ANNEXE 1.

[6] L’album jeunesse de Jan Bret (2005) propose une situation similaire car le récit du déluge y est raconté par le petit-fils de Noé.

[7] Dans un cas seulement, les élèves sont invités à adopter le « je » d’un animal ou d’un autre humain présent dans l’arche, mais cet écrit-là ne fera pas l’objet d’analyse dans le présent article.

[8] Voir exemples 1 et 2 en ANNEXE 4

[9] Voir exemple 3 en ANNEXE 4

[10] Voir exemple 4 en ANNEXE 4

[11] Le choix des tableaux s’est appuyé sur une exposition de 2007 consacrée aux représentations du Déluge de la Renaissance au XIXe siècle par les maîtres de la peinture figurative.

[12] Des reproductions des tableaux sont visibles en ANNEXE 3.

[13] Ibid.

[14] Il s’agit de la classe de 6e de Marie Rigal au collège Gambetta de Cahors (46) en 2012-2013 et des classes de CM1 de Laurence Estève et de CM2 d’Eliane Lamarque à l’école Jean Chaubet de Toulouse (31) en 2013-2014.

[15] La séquence est donnée dans l’ANNEXE 2.

[16] Les extraits de la bible lus par les élèves sont donnés en ANNEXE 1.

[17] N’ayant pas récupéré le texte T3 de la classe de CM2, nous n’avons pu intégrer les résultats relatifs à cette classe.

[18] On trouve par exemple dans cette rubrique, pour le texte T3 en CM1, des mises en cause de l’incohérence du récit ou du caractère religieux du texte (voir un exemple avec l’élève E3 dans ANNEXE 6).

[19] On peut lire à ce sujet, en ANNEXE 4 (exemple 2), l’écrit produit par un élève de 6e dans lequel Noé se contente de décrire ce qui se passe à l’extérieur de l’arche.

[20] La prophétie des grenouilles, dessin animé de Jean-Rémy Girerd (2003), L’arche part à 8 heures, pièce radiophonique d’Ulrich Hub (2007), et La fille de Noé, roman de Géraldine Mc Caughrean (2005). Ce travail n’est pas inclus dans la présente analyse.

[21] Des reproductions des cinq tableaux sont données en ANNEXE 3.

[22] Nous ne disposons pas des écrits T12 et T13 de la classe de 6e.

[23] On peut lire en ANNEXE 4 (exemple 4), l’écrit produit par un élève de CM2 qui illustre cette attitude.

[24] Nous n’avons pas considéré que la seule évocation de la mort de proches (voisins ou amis) soit suffisante.

[25] Voir T14 pour les trois élèves de CM1 (E3, E11, E16) cités en ANNEXE 6.

[26] Le tableau est donné en ANNEXE 5.

[27] Cela ne signifie aucunement qu’ils n’aient pas été affectés par le sort des victimes, mais que l’émotion ne s’étant pas exprimée dans les écrits, nous n’en avons pas de trace.