Schneider, A. & Fiasca, E. : Carnets d’artiste, écrits de gestation. De la praxis à la poïesis

Anne SCHNEIDER & Elisa FIASCA

Université de Caen, LASLAR EA 4256

RésuméAbstractTexte intégralTable des matières

Pour citer cet article : Schneider, A. & Fiasca, E. : Carnets d’artiste, écrits de gestation. De la praxis à la poïesis (2017). In Chabanne, J.-C. (éd.), Actes des XVIIes Rencontres de didactique de la littérature, juin 2016, Institut français de l'éducation-ENS de Lyon. [En ligne : https://rdidlit17.hypotheses.org/fiasca]

Introduction

  1. À partir de carnets d’artiste tenus depuis 1991 (sept carnets et deux classeurs) par Elisa Fiasca, plasticienne, formatrice en arts visuels, nous, Anne Schneider, chercheuse en didactique de la littérature et Elisa Fiasca, proposons une réflexion sur ces brouillons-traces qui composent au fil du temps un reflet riche et dense de la création artistique personnelle d’Elisa Fiasca, mais aussi d’une démarche artistique universelle. Nous adopterons la méthodologie de l’entretien avec l’artiste et de l’analyse pour entrer dans sa pratique du carnet d’artiste.
  2. Elisa Fiasca est diplômée d’une maîtrise d’Arts Plastiques, sa recherche est fondée sur une réflexion personnelle et professionnelle qui correspondrait à une sorte de quête spirituelle et picturale pour découvrir des symboles universels. Elle expérimente ainsi les moyens pour faire surgir ses propres symboles en tentant de réunir ses propres extrêmes. Comm(e)-union avec elle-même et avec les autres, sa recherche symbolique suscite la rencontre de synthèses provisoires, le jaillissement de sens nouveaux ; ainsi chaque palier de mûrissement engendre des compréhensions inédites, garantes du renouvellement des énergies de l’être et du monde.
  3. Comment le carnet trouve t-il sa place dans sa démarche artistique ?
  4. Elisa utilise un seul carnet à la fois dans lequel elle note, par des fréquences d’écriture variables, des traces lorsqu’elle n’est pas en création. Lorsqu’elle se trouve en phase de création, elle le consulte tous les jours.
  5. Définir cette forme brève, protéïforme, qui peut ressembler à un carnet intime, un carnet secret ou un carnet de voyage revient le plus souvent à s’arrêter sur cet objet dans lequel cohabitent écritures, collages, peintures, croquis, schémas, etc. Un carnet de croquis – le premier du genre aurait été tenu par Léonard de Vinci –, un carnet de recherches, un carnet de travail est toujours un outil qui prolonge, complète, nourrit la création, qui est poursuivi en même temps que l’œuvre artistique et qui devient en lui-même un objet de création (Fig. 1).

Figure 1 – Les carnets d’Elisa Fiasca. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.
  1. Tenir un carnet d’artiste peut être un processus narcissique, relevant de l’hypertrophie du moi : le désir de se prolonger, de s’originer, de compiler, de garder des traces, des souvenirs, de s’écrire et de lutter contre le temps qui passe, de le capter, le stopper, le mesurer, le devancer. Il peut aussi procéder d’une démarche assumée de créativité, faisant alors du carnet une avant-scène, un lieu de propédeutique de l’art, bref, un art tout court.
  2. Nous tenterons de définir une forme de pratique fondée sur des traces variées : fragments, traces de lectures, compilations, bribes, notes, titres, pages, extraits, citations, etc. Quelles formes prennent les carnets d’Elisa? Quelles fonctions leurs donne-t-elle dans sa pratique ?
  3. À travers cette contribution, nous souhaitons partir de la description même du carnet, un écrit multiforme, riche et inventif, pour s’interroger sur ses fonctions, montrer comment il peut être un outil de réflexion, de formation, porteur d’une démarche nourricière et temporelle, croisant temps de l’écriture, temps de la lecture et temps de la relecture.
  4. À partir de quelques exemples choisis, du carnet à l’œuvre achevée, nous analyserons la mise en mots fondée sur le lien entre littérature et arts, composée et recomposée d’allers et retours entre dessins et écrits : ce sera l’objet de notre première partie : des traces, pour qui ? Pourquoi ? Puis, nous nous interrogerons sur le passage de la praxis à la poïesis, c’est-à-dire du carnet à l’œuvre d’art ; enfin, nous proposerons des transferts didactiques possibles.

1. Quelles traces : pour qui ? Pour quoi ?

1.1 Description de ces matériaux

  1. Nous souhaitons distinguer tout d’abord trois types de carnets d’artiste, à savoir, le carnet finalisé, le classeur, le carnet de recherches, qui correspondent à trois approches différentes de l’archivage.

1.1.1. Le carnet finalisé comme écrit de synthèse

  1. Anne Schneider questionne Elisa Fiasca sur le carnet d’artiste d’une de ses élèves :

« Il s’agit d’une commande, d’un carnet pour postuler dans une école d’art, l’ENSCI, réalisé en un mois, par Manon, dix-sept ans, élève de terminale S », explique Elisa Fiasca en tant que formatrice en arts visuels qui a accompagné la jeune fille dans son travail.

  1. Elisa Fiasca a mené une recherche sous la forme d’enquête pour comprendre les attendus de l’école d’art en se rendant aux journées portes ouvertes de celle-ci. À partir du recueil de données formées par les questions posées par les étudiants à la responsable de l’école d’art, Elisa Fiasca a créé une méthodologie de formation pour donner à Manon les cadres évaluatifs nécessaires à son entrée dans cette école :

« Pour les évaluateurs, il s’agit de trouver, en peu de temps et dans une démarche créative, un moyen de connaître la personne et surtout de découvrir son potentiel artistique. Le carnet, pour recueillir un maximum d’informations sur les candidats, est de plus en plus employé pour l’entrée aux écoles d’art. Il n’est pas une œuvre d’art en lui-même comme un carnet d’artiste reconnu pourrait l’être, mais il émane d’une démarche artistique réelle, il est conçu pour donner à voir du savoir-faire et offrir le maximum d’informations sur l’auteur. L’école d’art veut savoir qui elle recrute », précise Elisa.

  1. Elle revient sur sa pratique de médiation et de formation par rapport à la jeune fille :

« J’oriente Manon (élève que j’ai eue en cours depuis ses six ans) pour qu’elle présente un carnet de croquis autobiographique, plutôt que de présenter les travaux réalisés à l’atelier. Elle a un mois. Je lui conseille d’agir tous les jours sur ce carnet et de montrer qui elle est. Elle travaille dans un premier temps en esquisse, de façon à ce que je puisse valider ou l’aider à améliorer sa production. Les spirales sont choisies pour faciliter l’intégration ou l’enlèvement des pages.

Figure 2 : Carnet de Manon, présentation. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

 

Figure 3 : Carnet de Manon, présentation. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.
  1. Sur le mode de l’autoportrait, Manon se présente tout d’abord (Fig. 2 et 3), puis elle donne à voir ses goûts, ensuite elle parle de ses parents, mais elle dévoile également ses projets artistiques dont Je est un autre, une série d’autoportraits où elle cherche, à travers une introspection sur le paraître et l’être, à mieux se connaître (Fig. 4 et 5).

Figure 4 : Carnet de Manon, « Je est un autre », mise en scène asiatique. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

 

Figure 5 : Carnet de Manon, « Je est un autre », mise en scène africaine. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés

 

  1. Le carnet comme recueil de dessins, de traces, d’écrits sert à exprimer mais aussi à fixer les découvertes. Il permet, lors de la relecture, la métacognition, posture quasi-professionnelle qui favorise la réflexivité nécessaire dans un parcours de formation, qui plus est, autodidacte. Il s’agit de montrer comment Manon est capable de parler de son œuvre, par exemple lorsqu’elle développe le projet artistique sur Le détail (Fig. 6).

Figure 6 : Carnet de Manon, « Éloge du détail». Photographie : Fiasca E. - Droits réservés
  1. Le carnet est alors un support à la parole, il permet de montrer à Manon qui elle est et de se situer dans un parcours de formation, il développe sa capacité à apprendre, à s’évaluer, à réfléchir sur soi et sur sa pratique.
  2. Elisa analyse la pratique de Manon comme un dévoilement de sa personnalité : le carnet comme recueil de dessins, de traces, d’écrits sert à exprimer mais aussi à fixer les découvertes. Ce carnet est conçu, non pas comme un outil de travail, mais comme un support d’évaluation dont les critères fixés par l’école d’art passent par le portrait, l’autobiographie et la synthèse.
  3. Que peut-on comprendre de l’analyse d’Elisa sur cette pratique particulière du carnet en contexte d’école d’art? En quoi nous permet-elle d’appréhender ce qu’est le carnet d’une artiste (elle-même) par opposition à celle d’une élève (Manon) à l’entrée d’une école d’art ?
  4. Il s’agit tout d’abord d’une question de finalité à travers un choix de langage artistique. Le carnet de Manon, est, dans le cadre d’une école d’art, chargé de donner à voir son parcours et ses intérêts, il est instrumentalisé et ne se conçoit pas comme objet unique, libre et affranchi de contraintes. Il fait œuvre de témoignage, il montre la subjectivité d’une personne.
  5. De cette façon, il se rapproche davantage d’un état de praxis, au sens où l’entendait Aristote. Ce qui compte alors – et c’est le cas de Manon – c’est de montrer sa posture d’artisan qui bricole, qui essaye, qui revient sur son objet, plutôt que de montrer un état d’achèvement parfait, au sens de la poïesis[1] qui est la finalité de l’art, c’est-à-dire atteindre la beauté et la perfection.

1.1.2. Le classeur : un archivage à postériori

  1. Gaëlle Périot-Bled (2014) explique à propos de l’artiste Christian Boltanski que

« la collecte et l’archivage sont les obsessions majeures de cet artiste, comme si l’accumulation d’objets et de photographies pouvait venir conjurer l’inexorable perte qui touche chacun dans son expérience du temps. »

  1. L’expérience d’artiste d’Elisa se fonde également sur des classeurs qui engrangent ses recherches plurielles et densifient chronologiquement sa relation à l’œuvre.

« Je possède aussi des classeurs qui représentent des archivages de projets artistiques que j’ai réalisés. Ces classeurs n’ont pas la même fonction que mes carnets. Il s’agit d’une recomposition a posteriori, donc d’une autre temporalité et d’une autre fonction qui peut être complémentaire aux carnets d’artiste. Ces classeurs, de grands formats, pratiques pour tout y mettre – tous types de supports, même volants –, représentent la genèse d’une œuvre. Ils permettent de grouper les documents qui ont été traces d’un projet jusqu’à son aboutissement, ils rendent lisibles sa compréhension : ils sont donc conçus davantage comme des outils chronologiques de classement. Il s’agit bien de classer les documents à rebours : le temps de l’archivage est donc aussi le temps de la relecture et permet de montrer le mouvement de ce qui a eu lieu. Ce sont des traces comme souvenir, comme lieu d’un aboutissement. Ainsi, le format du classeur est très important car la fonction de rangement est primordiale : il doit accueillir toutes sortes de traces. Il s’agit de dessins rapides, de souvenirs d’un trajet, de plans qu’il convient de fixer en un instant pour me rappeler beaucoup plus vite d’une idée. »

  1. Un exemple de classeur utilisé par Elisa Fiasca émanait d’un projet initié par le centre Socio Culturel Paul Gauguin dans le but de créer un chemin jonché d’installations pérennes entre le centre et un quartier périphérique d’Alençon.
  2. Ce projet créait du lien entre les habitants. Il était fondé sur une transmission reposant, entre autres, sur le don d’un bout de tissu, symbolisant un moment de l’histoire personnelle de chaque donateur. Elisa Fiasca a transformé les échantillons des habitants en une appropriation collective intitulée « Toutes voiles dehors ». Le projet se synthétise dans le classeur qui regroupe schémas, croquis, scénographies, copies, symbolisations (Fig. 7 et 8).

Figure 7 : Classeur d’Elisa FIasca. Projet : « Toutes voiles dehors ». Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

 

Figure 8 : Classeur d’Elisa FIasca. Projet : « Toutes voiles dehors ». Dessins et plans préparatoires. Échantillons de tissus. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

 

 

  1. La découverte d’un schéma du tableau de La Liberté guidant le peuple dans une brochure d’histoire lui a permis de mettre en évidence les symboliques du tableau : femme, combat, triangle, voile… (Fig. 9)

Figure 9 : Classeur d’Elisa FIasca. Projet : « Toutes voiles dehors ». Recherche motifs et tissus. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

 

  1. La composition de l’installation reprend et amplifie cette schématisation de telle sorte que le transfert entre le tableau de Delacroix et la mise en scène des habitants du quartier soit visible (Fig. 10 et 11).

Figure 10 : Classeur d’Elisa FIasca. Projet : « Toutes voiles dehors ». Voile central. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

Figure 11 : Classeur d’Elisa FIasca. Projet : « Toutes voiles dehors ». Installation dans l’église des jésuites à Alençon. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.
  1. L’installation de grande ampleur s’est faite dans l’ancienne église des Jésuites devenue médiathèque d’Alençon. Le plafond en coque de bateau renversée a fait sens par rapport à l’intitulé « Toutes voiles dehors ».

Comment peut-on analyser ce projet ?

  1. De l’œuvre, symbole d’une démarche, c’est-à-dire signe de la praxis, on est passé à l’œuvre devenue poïesis, c’est-à-dire objet fini. Le classeur s’inscrit dans une pratique systématique de prises de notes à postériori, d’archivage qui fait sens mais qui relève d’une commande des prescripteurs du projet. Afin de montrer aux habitants la démarche de création de l’artiste, le classeur sera montré lui-même dans l’exposition.
  2. Le travail d’archivage est en général très peu fait par un artiste. Dans ce cas précis, pour Elisa et parce qu’il s’agissait d’une commande, la démarche artistique a gagné en visibilité et en compréhension grâce au classeur. L’outil a permis d’expliquer un processus, de parler sur, de prendre du recul, et de se situer dans une chronologie et une mémoire. Le classeur est donc la face visible d’une praxis dont le feuilleté didactique est lisible. Alors que le carnet d’artiste, nous le verrons, est une nécessité à la création d’une œuvre artistique, le classeur, lui, n’est qu’une photographie d’une démarche, et n’est pas nécessaire à la création. Il permet de déployer un discours face à un public, de clarifier une démarche, de la rendre visible. Il n’est pas intrinsèquement lié à la réussite ou à la condition de création même d’une œuvre, puisqu’il se situe bien après.

1.1.3. Le carnet de recherches

  1. Certains carnets d’artiste, comme les carnets de voyage de Delacroix ou de Gauguin, les carnets de croquis de Léonard de Vinci ou de Claude Monet[2], de Miquel Barcelo ou de Pablo Picasso peuvent être des carnets artistiques, des carnets tels des œuvres d’art qui sont conçus pour être montrés.
  2. Pour Elisa, ils ne sont pas destinés à être montrés, ils sont plutôt des carnets de brouillon (carnets de brouillon comme cahier de liaison: objet qui fait le lien entre les moments d’action), qui montrent des états de praxis, c’est-à-dire qui relèvent davantage d’une démarche plutôt que de l’état d’achèvement d’une œuvre.

« J’utilise beaucoup de matériaux de récupération dans mon travail. Mes carnets que je tiens depuis 1991 proviennent également de la récupération. Ils sont de différentes tailles, plus souvent sorte de cahiers de brouillon, pas très soignés, mais très remplis, très saturés, denses et fourmillant de tas de types de notes. C’est un matériau à retravailler sans cesse, intime, non abouti, constitué de bribes. »

  1. Ce qui est caractéristique des carnets d’Elisa, c’est qu’ils s’inscrivent dans une continuité, ils sont nombreux, écrits régulièrement entre 1991 et 2017 et le griffonnage dense qu’ils laissent entrevoir est le résultat d’une pratique intense qui accompagne souvent son œuvre. Leur matérialité même témoigne de leur fonction. Ces objets portatifs et affectifs, grands ou petits, à spirales ou brochés, suivent les méandres de la pensée, de la création et du temps qui passe. Avant de témoigner d’une vie d’artiste, ils témoignent aussi d’une vie tout court, c’est-dire de la manière dont elle se construit : lectures, conférences, expositions, interrogations, pensée par analogie (Hofstadter & Sander, 2013), collages, schémas, citations, c’est une vie intérieure qui est donnée à voir, avant même d’être la résonance d’une vie d’artiste.
  2. Elisa les analyse comme une expérience de création parallèle et nourrissant son travail. Elle les situe dans une propédeutique du Faire :

« Le brouillon permet de recenser un grand nombre d’idées possibles ; il écarte l’autocensure puisqu’il n’est pas destiné à être montré et sert à différer, dans une deuxième phase, la sélection des pistes de réflexions qui va s’opérer. »

  1. Le carnet, lieu de l’écrit par excellence, devient le lieu des possibles. Elle explique comment le carnet s’insère dans sa fabrique créatrice.

« Si le Faire s’arrête en cours de route (avant l’achèvement d’une œuvre), je peux reprendre le carnet et continuer mes recherches ; sinon, je ne le reprends souvent qu’après achèvement du Faire ou pour continuer des recherches parallèles sur d’autres projets. »

  1. Cette utilisation, toute personnelle, permet de montrer comment son carnet se situe dans les interstices de la création, c’est-à-dire comme jonction entre l’écrit et le Faire. Elisa a besoin du carnet car il permet de suturer l’espace et le temps, de créer une continuité dans le travail, dans la réflexion et de maintenir la création vivante.

« Un artiste à l’œuvre tous les jours a beaucoup moins besoin d’un carnet de ce type… car on peut penser qu’au lieu de passer par l’écriture pour fixer ses découvertes, il Fait. Peut-être lui faut-il alors juste un cahier de nuit pour fixer les pensées fugitives ou les rêves dans le demi-sommeil ou le sommeil…»

  1. Elisa s’approprie le carnet comme une artiste empêchée, dont la création pourrait se trouver chaque jour amoindrie ou diminuée par le peu de temps qu’elle lui consacre. Pour elle, le carnet a un effet salvateur : il fixe, archive, retient ce que le temps pourrait effacer, il permet de retourner à la création sans filtre, sans perte de temps, il crée du lien continu là où la vie ne fabrique que du discontinu. C’est à la fois la fonction du carnet qui permet cela et la trace laissée par l’écrit qui le révèle.
  2. De l’écrit à l’image, de la trace au faire, il convient maintenant de s’interroger sur la nature de ces écrits et sur leur importance, leur diversité, leurs types. Quels matériaux textuels sont présents dans ces carnets, comment font-ils sens ?

1.2. Une traversée des mots : analyse des traces

1.2.1. Analyse des carnets

1.2.1.1. Description des carnets

  1. Elisa explique ses choix de carnets (ou ses non-choix) :

« Mes carnets ne sont jamais achetés, ils sont toujours liés à de la récupération, ils sont présents dans l’atelier comme s’ils avaient toujours été là. Je cherche un nouveau carnet quand le précédent est terminé. Les premiers cahiers sont ceux de ma jeunesse dont j’ai arraché les premières pages utilisées, le suivant est un carnet vert que j’ai eu en Mongolie lors d’un voyage-expo, les deux autres sortent d’une entreprise où j’ai travaillé, ils sont de format bizarre. »

  1. Habituellement plutôt grands, les carnets ont changé en fonction du cheminement d’Elisa. Ainsi, depuis 2013, un petit carnet noir est signe de son évolution, mais reste problématique dans son utilisation.

« Depuis 2015, j’ai changé mon regard sur le contenu de celui-ci. Je colle des choses dans l’idée que je peux y revenir pour expliquer, j’y mets des traces pour moi, j’inclue aussi des traces qui auraient été perdues – images collées qui auraient été à la poubelle. Mais le mieux, c’est un carnet A4, le format de poche est décidemment trop petit pour s’exprimer bien que pratique pour le trimballement, mais trop étriqué pour le dessin et l’expression : il me faut de l’amplitude ! »

  1. Si on analyse le carnet noir, il est commencé à partir de 2013 et est rempli également de traces qu’Elisa a laissées suite à des travaux avec ses étudiants, comme une sortie à Beaubourg. Il est évident que le statut de formatrice d’Elisa a modifié son rapport à la trace, accentué encore par sa posture réflexive adoptée lors de l’écriture de cet article.

« Je sais qu’il peut être lu par les autres. J’ai trouvé intéressant d’avoir l’ensemble des données d’un projet. La pratique du collage – à postériori – montre que le statut de mon carnet a changé : le collage préfigure du glissement perceptible entre le carnet et le classeur. Le carnet est devenu aussi traces mémorielles de mes projets. Par exemple, dans la performance intitulée « Live Jukebox » on ne voit pas l’utilisation d’une madone, alors qu’elle a été importante dans la conception, donc plutôt que de jeter les traces, je les ai collées. »

1.2.1.2. Nature des traces

  1. Classement des traces répertoriées dans les carnets en fonction des projets artistiques (Fig. 31) :

Fig. 31 : Tableau types d’écrits. E. Fiasca et A.Schneider (Droits réservés)
  1. Voici, dans le tableau l’ensemble des types d’écrits répertoriés dans les sept carnets et les noms des projets qui ont été réalisés à partir de ceux-ci. La variété, la quantité et la richesse des traces ne rendent cependant pas compte du processus de création qui parfois se fixe sur un seul mot qui va être déclencheur et faire mouche.
  2. Elisa décrit sa démarche en commentant les images du projet Dévoilées et évoque l’importance qu’ont pris pour elle les mots écrits dans le carnet :

« Dans le cadre de l’appel à projet Les droits humains s’accordent aussi au féminin, j’ai eu envie de travailler sur la burqa et de donner à voir au public ce que la femme afghane voit.

Pour ce faire, c’est d’une installation dont j’ai besoin. Sur cette page du carnet apparaissent trois mots : « ruban », « tissu », « dentelle ». Tout en décrivant de la matière, ils font écho au féminin. (Fig. 12)

Figure 12 : Carnet d’Elisa FIasca. Naissance du projet : « Dévoilées». Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.
  1. À la page suivante, il est encore question de la matière dans mes écrits : « tissu qui ne dissimule rien », « protège un peu du toucher mais pas du regard voyeur ». Je décris ce qu’est pour moi la vision d’une femme en burqa, tout en cherchant la matière avec laquelle je vais construire mes burqas, une matière qui ne masquerait pas tout et qui attirerait et/ou interrogerait le public (Fig. 13).

Figure 13 : Carnet d’Elisa FIasca. Naissance du projet : « Dévoilées». Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.
  1. Page suivante (Fig. 14, le mot « noir » apparaît avec une analogie notée après une virgule : « deuil »). L’image me vient de funérailles avec des femmes voilées de noir. Le voile noir renvoie dans ma propre création à son contraire, la gaze blanche, dont je me suis souvent servie pour la tendre sur des châssis triangulaires qui font partie d’une série d’œuvres commencée en 2001 intitulée Elle ne fait pas dans la dentelle. La transparence et la fragilité de la gaze blanche fait écho au voile noir, j’ai donc trouvé ma matière.

Figure 14 : Carnet d’Elisa Fiasca. Naissance du projet : « Dévoilées». Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.
  1. Page suivante, l’expression française « se voiler la face » apparaît, elle renvoie au sens propre et figuré à une assertion, à la fois concrète, politique et sociologique. Surgi le mot « dévoilées » qui s’impose à moi et dont je cherche le sens exact dans le dictionnaire pour valider mon ressenti.
  2. Les mots écrits en fin de page : « L’artiste autorise la levée du voile » indique que c’est à travers l’artiste que le public pourra avoir accès à la réalité « sans voile » (Fig. 15).

Figure 15 : Carnet d’Elisa FIasca. Naissance du projet : « Dévoilées». Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

 

  1. L’installation est formée de six « burqas ». Dans chacune d’entre elles figure un des triangles de la série de toiles Elle ne fait pas dans la dentelle. Une des burqas est vide et s’appelle « Essayez-moi ». Le public n’est pas simple spectateur, mais s’implique car il est invité à y entrer, il peut voir ainsi à travers le grillage qui se trouve au niveau des yeux, ce que les femmes voient et ressentent (Fig. 16 et 17).

Figure 16 : Installation : « Dévoilées», détails intérieurs de deux « burqas ».
 « Excision » : 102x53cm châssis triangulaire en bois, feuille de fer et fils de fer rouillés, tenaille. « Avortement » 87x34cm : châssis triangulaire en bois, toile de lin peinte à l’huile et râteau. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

 

Figure 17 : Installation : « Dévoilées», ensemble de six « burqas » suspendues à une structure de tubes de cuivre hexagonale. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

1.2.1.3. Analyse de ces traces

  1. Si l’on se réfère aux modalités didactiques établies par Gérard Langlade, Marie-José Fourtanier et Catherine Mazauric (2006), on peut s’apercevoir qu’Elisa travaille à partir de concrétisations imageantes, par exemple, « les funérailles et les femmes voilées de noir » mais aussi par analogies à la fois liées aux mots et aux sensations qu’ils révèlent : « ruban, tissu, dentelle » qui renvoient au féminin ou par jeu d’opposition : le « voile » à la « gaze » par exemple. On peut noter également que des remarques axiologiques interviennent dans un projet qui convoque forcément un aspect militant : à partir de la polysémie des mots voilées et dévoilées naît une assertion en terme de valeurs : « la France se voile la face ». L’activation fantasmatique est donnée à voir au public qui, grâce à l‘artiste, peut se mettre à « la place de ».
  2. Les traces sont donc multiples, de natures différentes et c’est la matérialité même de leur enchevêtrement dans la prise de notes favorisée par le carnet que l’on voit naître la concrétisation d’un projet.

1.2.1.4. Fonction des carnets

  1. Les carnets témoignent de l’implication subjective et créatrice de l’artiste, du point de vue du Faire, du trajet et de la démarche artistique. Ouvrant des perspectives, hiérarchisant des signes, procédant par analogies et symbolisations, la trace est une scénographie nourrissant le temps de la gestation nécessaire à la création

1.2.2 Typologie des traces

  1. En observant les traces répertoriées dans le tableau, on peut voir comment des écrits linguistiques influencent l’artiste. Ainsi, un aphorisme de Michel Leiris deviendra un tableau ; un écrit encyclopédique tiré du Dictionnaire des symboles donnera naissance à une série picturale ; une recherche en phonologie sur les allitérations et les assonances à partir d’une étymologie produira du sens dans la création d’Elisa Fiasca, tandis que certains articles choisis de La Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen nourriront un projet sur les femmes (Fig. 18).

Figure 18 : Carnet d’Elisa Fiasca : Extraits de la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ». Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.
  1. La résonance à la fois sonore, sémantique et analogique des mots illustre comment la réflexion s’engage chez Elisa et quels modes de compétences elle active : compétences psychologiques, discursives et analytiques. Les liens entre les mots déclencheurs et les projets accomplis, tels que le tableau les met en évidence, montrent comment se créé un univers d’auteur, comme si les mots étaient devenus un réservoir inépuisable de matières propres à la création d’un univers d’artiste. Ainsi, l’imaginaire égyptien se tisse autour des mots grecs ou autour de l’évocation du désert et des symboles égyptiens : petit à petit se crée un projet qui prend racine dans un passé lointain et évocateur pour Elisa.
  2. De la même manière, on remarque que les éléments correspondant au projet « Dévoilées » s’appuient sur un type particulier d’écrits : des écrits contemporains juridiques et journalistiques qui ancrent le propos dans l’actualité et qui font résonance avec les valeurs de l’artiste.
  3. À l’instar des carnets d’enquêtes de Zola, dont la présentation a été faite par Henri Mitterand (1993), qui renferment une multiplicité de traces : listes de noms, schémas, dessins, plans, vocabulaire scientifique, etc., les carnets d’Elisa fourmillent de traces plurielles. Comme pour Zola, ses carnets fonctionnent comme une enquête, une plongée dans le réel. Mais pour Zola, il s’agit là, déjà, d’un matériau littéraire car la trace est fictionnalisée, c’est-à-dire absorbée dans la matérialité même du « carnet d’enquête » qui la transfigure. Les notes « sont le signe d’une obsession scientifique, presque scientiste chez Zola. Elles constituent une classe définie d’avant-textes, une genèse dont les objectifs sont déterminés, avec des titres et des sous-titres. Zola engrange un savoir, cherche en quelque sorte à concurrencer les encyclopédies. » (Leduc-Adine, 2000)
  4. Dans les carnets d’Elisa Fiasca, nous pouvons relever des notes qui fonctionnent à elles seules comme une œuvre indépendante avec ses codes, ses schémas, ses renvois, mais qui sont aussi des matériaux pré-œuvre.

2. De la praxis à la poïesis, du carnet à l’œuvre d’art

2.1. Passages, frontières, le carnet comme construction du sens

  1. Reprenons le projet Dévoilées initié en 2001. La recherche personnelle d’Elisa Fiasca se fonde sur l’intime féminin. Elle explique :

« Le titre de l’appel à projet est : Les droits humains s’accordent aussi au féminin. Celui que je propose dans ce cadre s’intitule Dévoilées. S’entremêlent une série d’éléments réflexifs liés au thème, mais également des interférences textuelles avec d’autres projets plastiques ou l’actualité en cours. »

  1. Trois exemples de traces différentes liées à ce projet sont présents dans le carnet n°5 et permettent de revenir sur la fonction de celui-ci.
  2. Tout d’abord, la fonction remémorative et mémorielle. Elle est visible par l’ajout à postériori d’une coupure de journal datée de 2011 qui a été collée bien après le projet qui avait lieu en 2006 (Fig. 19).

Figure 19 : Carnet d’Elisa Fiasca : Coupure du journal Ouest-France et citations de Pinkola E. - Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.
  1. C’est le signe de la relecture dont ces pages ont fait l’objet et de la permanence vivante des traces dans le carnet qui continuent la réflexion bien après les projets. Le carnet est lieu vivant, inhérent à soi, que l’artiste relit pour se relier à ce qu’il a été et ce qu’il est aujourd’hui, pour y puiser des idées, pour reprendre une œuvre, pour mettre du vivant et de la continuité dans sa propre réflexion. Nous sommes là au cœur même d’une fonction de mémoire et d’archivage des souvenirs. Le projet initial reste vivant dans la mémoire de l’artiste parce qu’il a été fixé par des traces dans le carnet, celui-ci correspond donc à cette fonction d’archivage première qui se prolonge sans cesse. Le carnet est donc une mémoire vivante de la création artistique.
  2. Revenons sur la fonction de densification que prend le carnet car d’autres types d’écrits permettent de tisser du sens autour de la nécessité de ce projet. Par exemple, dans l’image, on peut noter la présence sur la page de droite du carnet n°5 d’un long passage de Clarissa Pinkola Estés, conteuse et psychanalyste. Le passage par la littérature conforte Elisa dans l’idée que son travail sur l’intime doit venir s’imbriquer dans ce nouveau projet sur la burqa. La page est une étape importante dans sa réflexion. La citation trouve un écho extrêmement précis par rapport au projet, par rapport aux femmes : « montrer la route à celles qui viendront après nous ». La densité littéraire de la conteuse permet d’entrer dans une épaisseur philosophique qui agit comme un levier sur la création artistique d’Elisa.
  3. Enfin, notons également une fonction de synthèse et de focus que permet le carnet.
  4. Ainsi, un peu plus loin, on peut observer une page dense de grande avancée, puis, en fin de page, le titre trouvé, toujours marqué d’un encadrement dans ses carnets : le terme « Dévoilées » avec, à côté, la définition du dictionnaire et le sens que le mot a pris pour elle.
  5. La fonction synthétique liée à la fois à la forme portative du carnet et à sa fonction de prise de notes facilite le passage vers le mot-clé, le schéma, la conceptualisation. Le mot « Dévoilées », titre et terme générique du projet, lourd de sens et polysémique, est mis en évidence par l’encadrement, sorte de mise en valeur graphique qui marque un point final à un cheminement dont le carnet porte la marque. Le carnet favorise la construction identitaire de l’artiste donnant corps à la pensée. Le passage par la définition du dictionnaire confère de la légitimité au mot et clôt le cheminement par un recours à la légitimation finale du savoir jusque là abordé de façon empirique.
  6. On le voit bien, la forme du carnet permet de construire du sens, il est un outil de passage de praxis (la démarche) vers la poïesis (l’aboutissement de celle-ci, l’objet fini).

 2.2. Conclusions intermédiaires : quelques pistes de réflexions

  1. La première réflexion concerne le type de démarche : il s’agit d’une démarche empirique, par tâtonnements qui nécessite du temps et de l’investissement ; ainsi, elle montre la porosité des phases de construction du projet, entre espaces privés et espaces institutionnels, ce qui, en terme scolaire, suppose une refondation de l’espace dévolu à la création et à l’art. Le carnet est donc bien un support-frontière qui peut faire l’objet d’inscriptions dans différentes sphères.
  2. La deuxième réflexion tend à mettre en évidence l’apport du littéraire et du culturel dans une telle démarche. On voit bien comment les matériaux textuels et la littérature abordés de façon subjective entrent en résonance avec le projet et comment les textes deviennent un levier d’accès au sens.
  3. La troisième réflexion porte sur la « forme-carnet », support d’une pré-œuvre et d’une post-œuvre. Elle s’inscrit dans un double mouvement, à la fois nécessaire à la création, facilitateur, inducteur, mais permettant aussi un discours à postériori sur le travail. Le carnet ponctue les actes et permet de voir les articulations de ceux-ci au cours du cheminement. Les écrits d’un artiste rendent visibles les différents trajets de création de chaque œuvre.

2.2. Le carnet, de l’œuvre à l’œuvre et vice-versa

  1. Le projet suivant « Noyau » n’est ni une commande, ni une réponse à un appel à projet. Il émane d’un souhait plus profond de travailler, de se mettre en recherche. Elisa explique en effet :

« Après une absence de création artistique dans ma vie, je décide de retourner à l’atelier. Au même moment, alors que je m’étais implantée dans une nouvelle région depuis trois ans, je devais décider du lieu d’une future habitation pour moi et ma fille. Devais-je rester dans le Perche ou repartir en région parisienne ou ailleurs ? »

Mon ancrage sur ce territoire d’adoption s’est fait en partie grâce à l’art. L’endroit où j’habitais alors regorgeait d’argile et de tuiles, je compris plus tard, en découvrant une brique estampillée, que ce fut une ancienne briqueterie. Je choisis les tuiles comme matériau premier, comme pour mieux m’approprier ma propre terre. Image identitaire forte du territoire normand, je choisis le motif de la pomme. Le Dictionnaire des symboles était ma source d’inspiration, j’y avais souvent recours et notais dans mon carnet mes différentes trouvailles. La définition du mot « pomme » a eu une grande résonance pour moi. Il évoquait à la fois le jardin des Hespérides, le symbole du pentagramme, la fleur et le fruit défendu… un ensemble d’éléments proches du sacré dont j’avais besoin pour retrouver la source, pour entrer à nouveau en création (Fig. 20).

Figure 20 : Carnet d’Elisa Fiasca - Projet « Noyau». Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

Comme un réapprentissage, je me suis mise à peindre des pommes à l’huile sur tuiles, comme si je tricotais, sans réfléchir. Puis, j’ai eu besoin de créer quelque chose de plus construit, plus important ; j’ai relu mon carnet et ma création a pris un tournant nouveau, à la faveur d’une conférence sur l’Egypte à laquelle j’avais participé et dont une phrase me hantait : « cycle du soleil qui se lève et se couche[3] ».

La recherche dans le dictionnaire des symboles, ponctuée de mes associations d’idées forment les différents maillons que l’on trouve dans mon carnet : du cycle du soleil, je passe au cycle des saisons, des quatre saisons, je passe aux quatre éléments : l’air, le feu, l’eau, la terre… La terre m’évoque mon matériau premier que j’utilise alors ; sa fertilité m’évoque la gestation, le passage des fleurs aux fruits, je fais le lien avec le motif des pommes redondant dans mon « tricotage », avec ma propre gestation créative qui grandit mais également celle physique qui a eu lieu il y a à peine 3 ans… Le mot Noyau apparaît dans ma lecture. Je le lie au cœur de la pomme (même s’il s’agit de pépins), au cœur de la terre, des entrailles de la terre, de mes entrailles. Mes recherches sur le mot Noyau deviennent plus scientifiques, les mots trouvés vont m’apporter des images : une échelle, des barreaux, des lettres qui serviront à créer l’œuvre comportant des tuiles peintes au motif de pommes mais correspondant aux quatre éléments, elles viendront se superposer à mes quatre échographies chronologiques demeurées secrètes. » (Fig. 21 et 22, 23 et 24)

Figure 21 : « Noyau » - Détail 1 - Elisa Fiasca. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

 

Figure 22 : « Noyau » - Détail 2 - Elisa Fiasca. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

 

Figure 23 : Carnet d’Elisa Fiasca - Projet « Noyau». Photographie : Fiasca E. - Droits réservés

Figure 24 : Carnet d’Elisa Fiasca - Projet « Noyau». Photographie : Fiasca E. - Droits réservés
  1. Dans cette démarche, à l’inverse de celle liée au projet « Dévoilées », c’est le titre « Noyau » qui, cette fois-ci, a induit le visuel. C’est un mot-clé qui a permis de nouvelles recherches. Son apparition a synthétisé la pensée d’Elisa et lui a ouvert les portes d’une accumulation de mots qui ont été réutilisés visuellement dans son tableau. Par exemple, la recherche concrète dans l’atelier d’une échelle (dont le mot est souligné dans le carnet) se cristallise visuellement par le montant du lit à barreaux de sa fille, lequel devient le support principal de l’œuvre. Le rapport à la littérature, à la lecture et à l’écrit est donc totalement différent, ouvrant à une réflexion nouvelle sur le lien entre littérature et art. L’esquisse a été faite en plusieurs temps, comme en témoignent les différents outils graphiques utilisés, à savoir crayon et stylos, qui informent d’un retour sur le schéma initial au fur et à mesure de la réflexion afin de l’enrichir (Fig. 25).

Figure 25 : Carnet d’Elisa Fiasca - Projet « Noyau», esquisse. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés

 

  1. La continuation de la recherche scientifique se lit par la présence de différents éléments : le montant d’un lit de bébé, l’échelle de l’ADN, les quatre éléments et les mots qui serviront à créer les visuels sur de futures tuiles peintes, comportant un motif de pommes, qui viendront se superposer à des échographies demeurées secrètes[5]. On voit comment, lors de la création de ce tableau, à partir de la liste de mots initialement notés, l’orientation scientifique du projet vers la question du temps est devenue évidente.

Figure 26 : Carnet d’Elisa Fiasca - Projet « Noyau» (échelle ADN). Photographie : Fiasca E. - Droits réservés

Figure 27 : Carnet d’Elisa Fiasca - Projet « Noyau». Photographie : Fiasca E. - Droits réservés

 

Figure 28 : « Noyau » Huile sur bois (montant d’un lit de bébé) et tuiles plates de pays, échographies, sable et plaques métal, 50x128cm. Collection personnelle Elisa Fiasca. Photographie : Fiasca E. - Droits réservés.

Bilan intermédiaire : Le rôle de la lecture et le rapport au carnet.

  1. La forme du carnet autorise des allers et retours féconds vers une stabilisation de la recherche. L’abondance de la prise de notes témoigne de cette nécessité de retourner au schéma initial. Chaque couche fait progresser les idées et nourrit le dessin originel. Dans l‘esquisse « Noyau » on peut voir la marque de l’écriture périphérique : le carnet est à la fois un lieu de vagabondage et en même temps, un lieu de repérage, d’enrichissement, de compilation pour mieux définir. Cependant, il ne remplace pas le cheminement de la pensée mais il l’accompagne. Il s’inscrit dans les interstices de celle-ci, il ne nécessite pas une écriture totale ou entière – on n’écrit pas tout : on se repose sur un mot, une phrase, une trace qui fait écho à un palier de compréhension ou d’avancement qui nécessite un éclairage secondaire. C’est un médiateur de la pensée, un moyen de s’incarner, de se mettre en relation entre soi et soi (Schneider, 2007).
  2. Le rôle de la lecture, reposant ici sur des textes différents que ceux vus dans la précédente démarche, à savoir des écrits scientifiques et des écrits encyclopédiques, enrichissent la pratique. Les lectures plus politiques du projet « Dévoilées » induisent un art militant tandis que les ressources documentaires lues en constellation ouvrent sur une créativité plus personnelle.
  3. En termes didactiques, cela suppose de nourrir les lecteurs d’autres types de textes sans forcément entrer dans une lecture linéaire, mais en favorisant la rencontre avec des lieux de paroles différents, des énonciations multiples, des symbolisations plus complexes et vecteurs d’imaginaires. On pourrait croire qu’un écrit scientifique ou qu’une lecture du Dictionnaire des symboles soit aride ou hermétique alors qu’au contraire, c’est le mystère qu’ils renferment qui favorise leur appropriation. La liberté du lecteur qui braconne (De Certeau, 1990) reste entière, non soumise à une norme.

3. Vers une didactisation

3.1. Le carnet d’artiste, un trajet didactique

  1. Le carnet d’artiste peut permettre l’élaboration d’un trajet didactique correspondant aux différentes phases d’écriture comme autant de périodes réflexives et de processus d’acquisition des savoirs. Le schéma que nous vous proposons est une image du processus élaboratif de la pensée qui procède par tâtonnements, par analogie, par accumulation puis par décision, ce qui met le sujet au cœur de la démarche dans et par le carnet.

Processus d’acquisition de savoirs

  1. Ce déroulement correspond aux phases de la pensée et à l’insertion du carnet comme structuration de la pensée chez Elisa Fiasca (Fig. 30).

Fig. 30 : Schéma E. Fiasca. SOURCE-LOCALISATION?
  1. Elisa commente l’ensemble de son processus de pensée à travers ce schéma (Fig. 30, à lire par colonne) :

« La pensée, symbolisée par le trajet en gris, défile et des compréhensions-paliers se font. Plusieurs idées se dessinent. La pensée fait des va-et-vient sur ces idées et tente de progresser : je ne suis plus si sûre des paliers acquis, je reviens au point départ ; les flèches rouges montrent que je refais les différents chemins, mon esprit se met en boucle et je n’arrive pas à progresser dans les idées, j’ai peur de les perdre.

À partir de là, alors que mon esprit vagabonde et que j’ai du mal à saisir une idée phare, j’introduis le carnet comme support de ma pensée (2ème colonne : écrire/dessiner). Dans le schéma, l’insertion des traces dans le carnet est symbolisée par la couleur noire. Dans mon carnet, je laisse des traces succinctes (griffonnage, schéma, mots, plans…) mais suffisantes pour fixer mes idées. Celui-ci est nécessaire pour libérer la pensée, trop souvent ancrée de manière obsessionnelle sur les mêmes idées. La trace provoque de l’écrit, de nouvelles idées sont immédiatement notées. L’écrit est un moteur. Certaines idées ne méritent pas d’être notées. D’autres, au contraire, me donnent de l’élan et je sens que le projet se construit, donc la boucle va plus loin.

La césure après le tracé noir signifie que je ne suis plus en présence du carnet. Il faut, en effet, préciser que le carnet ne me sert que dans des lieux autres que mon atelier dans lequel je passe plus volontiers à la création plastique. Je peux relire mon carnet dans mon atelier, mais je n’écris pas, c’est un espace dévolu à la création. Le carnet est abandonné provisoirement, mais le processus de pensée continue son chemin. Les idées se multiplient, (toujours en gris dans le schéma). À nouveau, mon cerveau se met en boucle, je reprends mon carnet et je note. Le processus peut ne pas être très élaboré, parfois, il suffit d’un mot ou d’une phrase pour déclencher la création, parfois, au contraire, il faudra plusieurs étapes de ce même processus pour atteindre le déclic.

Une idée naît, elle est majeure, elle fait sens, soit je la note, soit, si je suis à l’atelier, je passe directement au FAIRE. »

  1. Cette réflexion sous forme de boucle spiralaire évoque un trajet didactique propre à la démarche du carnet d’artiste qui peut être conduite en formation. Pourquoi ? Parce qu’il correspond à une démarche réflexive faite de tâtonnements et de retours en arrière, nécessaires pour avancer.
  2. Il s’agit d’une courbe imaginative composée de boucles graphiques qui correspondent à des nœuds. Chaque nœud peut être considéré comme un nœud de compréhension, de remise en cause ou de prise de conscience correspondant à un questionnement sur sa pensée.

Description du trajet didactique artistique :

  1. Premier trajet didactique : s’agit-il d’une pensée diffuse, fugitive, insécurisante ? De la bonne piste ou pas ? La réponse tient dans le support qu’est le carnet : le passage par le carnet est sécurisant, il permet de poser les mots.
  2. Deuxième trajet didactique : Repartir à zéro, repartir par la trajectoire et les boucles, repasser soit par la même boucle, soit par des trajets périphériques qui seront explorés ou non. Le fait de relire permet de valider une pensée parmi les autres et d’aller plus loin avec elle en l’affinant par d’autres idées… et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’une seule proposition ne se dessine. De ce fait, la trajectoire didactique correspond à la pratique du carnet. Elle est une pratique de va-et-vient, d’allers et retours pensés comme des étapes réflexives. Seul le carnet, traces d’archivage, rend cela possible.

3.2. Poétique du FAIRE

  1. Les enseignements artistiques « instaurent une relation spécifique au savoir, liée à l’articulation constante entre pratique et réflexion ». (MEN, 2015 : préambule, cycle 2). Pour exercer une pratique artistique régulière, le carnet permet d’entrer dans l’action et d’accompagner celle-ci. Il assure une pratique libre, autonome du sentir, du voir, du dire.

« Articuler en permanence l’action et la réflexion, tel est aujourd’hui l’axe majeur » (Gaillot, 1997-2015 : 63).

  1. Le carnet se situe à la fois dans le Faire et le Dire. Grâce au carnet, le Faire repose sur le mûrissement et la lenteur, repose sur le Dire, sur l’Écrire et l’Imaginé et permet également de revenir sur le travail pour expérimenter. Le carnet est la trace du Faire.

« Comme au cycle 2, l’enseignement des arts plastiques et visuels s’appuie sur des situations ouvertes favorisant l’initiative, l’autonomie et le recul critique. La pratique plastique exploratoire et réflexive, toujours centrale dans les apprentissages, est privilégiée : action, invention et réflexion sont travaillées dans un même mouvement. » (MEN, 2015 : 136)

  1. En effet, l’utilisation du carnet permet de s’affranchir « des normes restrictives », en favorisant le mode de pensée divergente, comme le rappelle le psychologue américain J.P. Guilford (1950) qui distingue la pensée divergente, plus favorable à la créativité, de la pensée convergente[6]. Il permet de relier des informations apparemment hétéroclites, en leur conférant du sens et en favorisant des réseaux sémantiques non apparents et peu lisibles au départ, favorisant l’avènement d’une pensée complexe dont parle E. Morin (1999). Cette poétique, qui, à la manière des surréalistes, naît de la conjonction d’incongruités ou de captations de sens se retrouve dans le Faire qui allie gestes et matériaux :

« Acte de faire (improviser, diverger, savoir tirer parti de ses maladresses, du hasard, des contraintes, du matériau ou de l’outil, savoir se remettre en question, avoir l’envie du dépassement…) » (Gaillot, 1997-2015 : 78)

  1. Ce que montre cette démarche du carnet, c’est que s’instaure une véritable poétique du Faire, née de la mixité des informations et de l’entrelacement de toutes ces pensées. À la fois bousculé par ses lectures et nourri par elles, le Faire s’inscrit dans une démarche de fantaisie et d’aventure, produisant par l’exploratoire un geste d’action proprement poétique.

Conclusion

  1. Pour Elisa Fiasca, le carnet est source de reconnexion à sa création, il n’a aucune volonté pédagogique, il n’est pas créé pour être montré, il relève davantage d’une œuvre à soi, pour soi, à travers soi. Il n’en demeure pas moins un extraordinaire vivier de compréhension de l’artiste, de sa démarche, de ses obsessions, de son univers.
  2. Le carnet permet la trace, c’est à dire les prémices d’une pratique nécessaire à la réflexion qui elle-même se fonde sur l’expérience du Faire. C’est un lieu non fini, non contraint, non factice, un lieu d’ouverture totale.

« Si une réflexion didactique est à construire de toute urgence en AP, elle ne peut se penser que sous des précautions méthodologiques qui prendront en compte le paradoxal du non totalement normable : l’affectif, l’intuitif, l’inouï, le pluriel et le fluctuant, bref l’immédiateté de l’instant… » (Gaillot, 1997-2015 : 46).

  1. L’objet de notre réflexion de chercheur était de décrire une certaine pratique, celle d’Elisa Fiasca plasticienne et d’interroger la fonction qu’elle lui donne en tant qu’artiste-témoin. Nous nous sommes donc intéressées à cet outil, support d’une démarche d’appropriation de la création qui nous semblait pouvoir être didactisé dans une pratique du Faire où le carnet d’artiste est un écrit de gestation, nourri par une traversée des mots nécessaire à l’acte créateur.
  2. De fait, Elisa a mené sa réflexion d’abord sur la différence entre ses classeurs et ses carnets :

« En ce qui me concerne, au travers de mes classeurs, il s’agit de traces réelles de ma propre progression dans mes paliers successifs de compréhension et de construction de ma future œuvre, traces non magnifiées en œuvre d’art, mais bel et bien là, regroupées pour accompagner « pédagogiquement » l’œuvre. »

« Quant aux carnets, ils sont devenus pour moi indispensables comme liens permanents entre ma création et ma vie où le quotidien n’est qu’une succession de temps consacrés à des actions différentes. Le carnet permet de fixer ma créativité et il me tranquillise dans sa fonction d’archivage : il est dépositaire de mes avancements -même faibles- il porte mes petites parties qui vont faire un tout, il est support de ma gestation créatrice et me permet de me replonger facilement par la suite dans mon projet. »

Qu’en est-il pour l’élève ?

  1. Pour l’élève aussi, le carnet permet de lutter contre le discontinu et la fragmentation du lien avec la culture et les arts et facilite la reprise de sa recherche au moment opportun. Alors qu’il ne peut être support de paroles qu’à condition qu’il soit accepté comme tel par son créateur, il favorise, dans les situations exploratoires, les va-et-vient entre pensée et action. Le carnet, par la légitimité de sa trace culturelle et scientifique, autorise un parcours autonome et permet ensuite, s’il est sollicité dans un partage en classe, l’apprentissage de la différence.
  2. En se référant au domaine 2 du Socle commun de compétences, de connaissances et de cultures[7] Les méthodes et outils pour apprendre, on pourrait croire que le carnet constitue un outil personnel pour l’élève :

« …l’élève sait se constituer des outils personnels grâce à des écrits de travail, y compris numériques : notamment prise de notes, brouillons, fiches, lexiques, nomenclatures, cartes mentales, plans, croquis, dont il peut se servir pour s’entraîner, réviser, mémoriser[8]

  1. Cependant, il nous semble que la visée d’apprentissage réduit le carnet à un outil, ce qu’il n’est pas, du fait même du lien vivant qu’il développe entre littérature, art et culture, comme l’a montré Elisa Fiasca par ses projets Toutes Voiles Dehors, Dévoilées et Noyau.
  2. Les pistes de réflexions que nous avons voulu ouvrir touchent à des domaines intimes, mémoriels, de l’ordre de la pensée complexe, si l’on se réfère à ce qu’en dit Edgar Morin. Il s’agit de faire l’expérience du discontinu et du fragmentaire qui, dans le carnet, fabriquent du continu et du lien, de l’aller et du retour, de la liberté et de la temporalité, du souvenir de l’avancée d’une pensée spiralaire et multiple.

« L’approche spécifique à l’enseignement des Arts Plastiques n’est ni celle du praticien… ni celle de l’historien, mais celle des transversalités qui fédèrent un ensemble de démarches sous une interrogation commune. » (Gaillot, 2015 : 124)

  1. Le carnet est le lieu d’une interrogation permanente, un écrit de gestation où peut intervenir le lien avec du matériau textuel, et c’est de ce lien que naît le jaillissement créatif.
  2. À l’heure de la complexité de la globalisation, le carnet offre un temps et un lieu de confrontation avec soi qui permet la construction de sa propre subjectivité. Le carnet est par nature transdisciplinaire. Il peut aider à la fois à l’introspection et à la construction de son identité, indispensables à une véritable ouverture aux autres.
  3. Soutenir ou accompagner, noter ou archiver, créer ou devancer la création, le carnet n’est-il pas un voyage de soi vers soi, de soi vers l’autre ?

 

Références

Textes officiels et documents d’accompagnement :

MEN Ministère de l’Éducation nationale. (2015, avril). Socle commun de connaissances, de compétences et de culture, Programmes d’enseignement du cycle des apprentissages fondamentaux (cycle 2), du cycle de consolidation (cycle 3) et du cycle des approfondissements (cycle 4). Bulletin officiel spécial n° 17 du 23 avril. En Ligne.

MEN Ministère de l’Éducation nationale. (2015, novembre). Programmes d’enseignement du cycle des apprentissages fondamentaux (cycle 2), du cycle de consolidation (cycle 3) et du cycle des approfondissements (cycle 4). Bulletin officiel spécial n° 11 du 26 novembre. En ligne.

MEN Ministère de l’Éducation nationale. (2016, mars). Les enseignements et l’éducation artistiques. Une éducation de la sensibilité par la sensibilité. [Documents d’accompagnement des programmes 2015]. Eduscol. En ligne.

Ouvrages critiques et articles (sites et revues) :

HOFSTADTER, D. R., & SANDER, E. (2013). L’analogie: cœur de la pensée. Paris: Odile Jacob.

PÉRIOT-BLED, G. (2014). Christian Boltanski. Petite mémoire de l’oubli.  Images Re-vues, 12. En ligne : http://imagesrevues.revues.org/3820

ARISTOTE, Ethique à Nicomaque, Livre 2.

DE CERTEAU, M. (1990). L’invention du quotidien. Paris: Gallimard (Coll. Folio essai).

FOURTANIER, M.J., LANGLADE, G. & MAZAURIC, C. (2006) : « Dispositifs de lecture et formation des lecteurs ». In J.C.CHABANNE, Parler, lire, écrire dans la classe de littérature : l’activité de l’élève, la tâche de l’enseignant, la place de l’œuvre, 7èmes Rencontres des chercheurs en Didactique de la Littérature, IUFM de Montpellier, 6 au 8 avril 2006. En ligne.

GAILLOT, B.A.(1997 rééd. 2015). Arts Plastiques, Éléments d’une didactique-critique. Paris: Presses Universitaires de France.

GUILFORD, J.P.(1950). Creativity. American psychologist, 5, 44-454.

LEDUC-ADINE, J.-P. (2000). Brouillons, dossiers préparatoires et travail d’écriture d’Émile Zola. Conférence du 06/12/2000. Site du Rectorat de l’académie de Versailles. En ligne.

LEIRIS, M. (1926). Glossaire : j’y serre mes gloses. La Révolution surréaliste, 6, Deuxième année, 1er mars 1926, 21.

MITTERAND, H. (1993). Emile Zola carnets d’enquête une ethnologie inédite de la France. Paris: Plon (Coll. Terre humaine).

MORIN, E. (1999). Relier les connaissances, le défi du XXIème. Paris: Éditions du Seuil.

SCHNEIDER, A. (2007). Le carnet de lecture : évaluer un activateur littéraire ? In DUFAYS, J.L.(dir.) Enseigner et apprendre la littérature aujourd’hui : pour quoi faire (pp.191-201). Belgique, Louvain: Presses Universitaires de Louvain.

CRDP  de Strasbourg, CCDP du Haut-Rhin (2012). L’expérience de l’art : à l’école des arts plastiques et visuels. En ligne : http://www.crdp-strasbourg.fr/experience/carnets_croquis/des_carnets_artistes.htm, consulté le 29/11/2017.

Notes

[1] Aristote, Ethique à Nicomaque, Livre 2.

[2] Source : http://www.crdp-strasbourg.fr/experience/carnets_croquis/des_carnets_artistes.htm, consulté le 29/11/2017.

[3] Qui n’est pas sans rappeler le célèbre vers d’Apollinaire dans « Zone », « soleil cou coupé ».

[5] Cf. détail du tableau « Noyau » visible dans la figure 21 et 22.

[6] Les programmes scolaires valorisent depuis peu « l’exercice de la pensée divergente, condition de la créativité, de la liberté de pensée et d’agir, de l’exercice du jugement critique et de l’ouverture d’esprit » Ils parlent « d’une éducation de la sensibilité par la sensibilité »  (MEN, 2016 : 1 & 4).

[7] Il concerne tous les élèves français de 6 à 16 ans, il identifie les connaissances et les compétences indispensables qui doivent être acquises à l’issue de la scolarité obligatoire (MEN, 2015).

[8] MEN, 2015-novembre.